Relecture de la phobie comme espace en souffrance d'une ponctuation signifiante

par Verónica Diez

Thèse de doctorat en [Recherche en psychopathologie et Psychanalyse]

Sous la direction de Paul-Laurent Assoun.

Soutenue en 2014

à Paris 7 .


  • Résumé

    Nous proposons ici une relecture critique de la phobie comme espace en souffrance d'une ponctuation signifiante. Notre travail clinique auprès des enfants nous a conduit à distinguer trois scènes : la scène phobique, la scène ludique et la scène fantasmatique, en prenant en considération le rapport du sujet à l'Autre et le déploiement spatial de l'expérience qui lui est inhérent. Lorsque Lacan parle de la scène, il distingue le monde, la scène du monde et la scène sur la scène. Ce faisant, nous avons cherché, à la suite de Freud et Lacan, le point d'articulation entre la dimension spatiale et la dimension de l'altérité. L'espace de la phobie se présente à nous comme un espace en souffrance, en attente d'un clivage entre le signifiant phobique et l'objet phobique. Si le cadre de la scène phobique est raréfié par la présence de l'objet phobogène, c'est cet objet qui, paradoxalement, permet la constitution dudit cadre. Or, nous proposons d'admettre que ce type de délimitation spatiale déséquilibre l'hétérogénéité des deux côtés de la scène : celui de la scène du monde et celui de la scène sur la scène. C'est la raison pour laquelle ce contour fragilisé de la scène phobique risque d'homogénéiser signifiant et objet, scène du monde et scène subjective. Ce qui facilite, à notre avis, les phénomènes propres au sentiment de l'inquiétante étrangeté cerné par Freud.

  • Titre traduit

    Review of the phobia as space suffering of a significant punctuation


  • Résumé

    We propose here a critical « review of the phobia as space suffering of a significant punctuation ». Our clinicat work with children led us to distinguish three stages : the phobic scene, playful scene and fantasy scene, taking into consideration the relation of the subject to the Other and the spatial deployment experience that is inherent. When Lacan speaks of the scene, he distinguishes the world, the world scene and the scene on the stage. In so doing, we sought, following Freud and Lacan, the point of articulation between the spatial dimension and the dimension of otherness. Space phobia appears to we as a space in suffering, walting for a gap between the signifier phobic and phobic object. If part of the phobic scene is rarefied by the presence of the phobic object is the object that paradoxically allows constitution of said trame. However, we propose to admit that this type of spatial delimitation imbalance heterogeneity on both sides of the stage : the world scene and the scene on the stage. That is why this contour weakened the phobic scene may homogenize meaning and purpose, world stage and subjective stage. Which makes, in our opinion, the phenomena specific sense of the disturbing uncanny identified by Freud.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (415 p.)
  • Annexes : 131 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2014) 100

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.