Visages du langage : Michel Foucault face à la littérature (1961-1969)

par Franziska Schottmann

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l'image

Sous la direction de Évelyne Grossman et de Marcus Coelen.

Soutenue en 2014

à Paris 7 en cotutelle avec l'Université de Munich .


  • Résumé

    Il y a un « être du langage ». C'est à partir de cette simple affirmation que les écrits sur la littérature de Michel Foucault se déploient en étalant un réseau ramifié qui évolue par le jeu subtile de la différence et de la répétition. En discutant les essais et articles consacrés par Foucault aux enjeux de la littérature, il se pose surtout une question : Comment contribue la langue à la construction d'une pensée ? Comment se déploie une pensée qui résulte d'un geste d'écriture, quelles formes, quels concepts invente-t-elle ? Ou bien, en parlant avec Foucault, qu'est-ce que « penser et parler » ? Dans notre discussion de la notion foucaldienne de l' « être du langage », il devient apparent que le langage a une dimension proprement fictive qui subvertit toute parole réflexive et consciente d'elle-même. Quand la syntaxe des phrases préfigure l'architecture d'une pensée, l'interstice ouvert par la conjonction « et » révèle la dimension littérale et matérielle du langage. La notion foucaldienne de l' « être du langage » qui n'est ni un concept ni un pure syntagme n'est pas le fondement d'une ontologie stable liée à une poétique basée sur des catégories ontiques mais plutôt le renversement ironique de toute tentative poétologique de formalisation. Ainsi, l'enjeu de cette étude est le déploiement patient des échos textuels et du lacis des motifs qui, loin d'affirmer les livres de Foucault comme unités délimitées, les dissolvent pour établir entre eux des liens tout autres.


  • Résumé

    There is a "being of language. " Based on this simple affirmation, Michel Foucault's writings on literature unfold a large and ramified network evolving by the subtle play of difference and repetition. By discussing Foucault's essays and articles dealing with literature, the question arises of how language contributes to the construction of thinking. How can a gesture of writing create a way of thinking and which are the specific forms and concepts of this thinking? Or, to speak with Foucault, what means "thinking and talking"? In our discussion of Foucault's notion of a "being of language", it becomes apparent that language has a strictly fictional dimension that subverts any reflexive and self-conscious speech. When the syntax of sentences prefigures the architecture of a thought, the gap opened up by the conjunction "and" in "thinking and talking" reveals the purely literai and material dimension of language. Foucault's notion of "being of language" that is neither a concept nor a pure phrase is not the basis for a stable ontology linked to a ontological founded poetic but the ironic reversal of any attempt of poetologicai formalization. Thus, the goal of this study is the patient deployment of the textual echoes and the maze of motifs that, far from asserting Foucault's books as defined units, dissolves them while creating new and very different links between them.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (242 p.)
  • Annexes : 179 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2014) 067

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.