L' arpenteur et le vagabond : cartes et cartographies dans l'oeuvre de Henry David Thoreau

par Julien Nègre

Thèse de doctorat en Langue et culture des sociétés anglophones

Sous la direction de Antoine Cazé.

Soutenue en 2014

à Paris 7 .


  • Résumé

    Arpenteur de métier et fin connaisseur des cartes, Thoreau appréciait leur exactitude et le savoir immédiat et panoptique qu'elles produisent sur l'espace. Cependant, il savait aussi que, dans l'Amérique des années 1840-50, celles-ci pouvaient servir des projets d'appropriation ou d'exploitation, et que le cadastre dresse un enclos qui fige et limite les possibles. Ce travail de thèse reconstitue l'importante documentation cartographique de cet auteur et identifie les cartes consultées, copiées et annotées au cours de sa vie d'écrivain, pour montrer comment le texte devient le lieu où Thoreau, arpenteur et vagabond, conjugue son goût pour la précision cartographique et son attrait pour l'inattendu, la désorientation et l'extravagance - lexicale et politique tout à la fois. Le chapitre 1 s'interroge sur la nature du geste cartographique et identifie à l'aide d'une importante iconographie les quatre types de cartes que Thoreau connaissait. Le chapitre 2 s'intéresse aux textes des années 1840 et montre comment Thoreau y déconstruit la notion de découverte chère à son époque. Le chapitre 3 s'intéresse à Walden, Cape Cod et The Maine Woods et établit que ces récits sont fondés sur une riche documentation cartographique, que l'écriture s'efforce cependant de défaire en multipliant les phénomènes de désorientation. Le chapitre 4 s'intéresse aux textes politiques de Thoreau et montre que son expérience d'arpenteur est le point de départ d'une réflexion sur la langue et les découpages qu'elle opère. Le chapitre 5 examine les textes tardifs de Thoreau sur la nature et propose de les lire comme l'aboutissement de la réflexion de Thoreau sur l'espace et la communauté.


  • Résumé

    As a professional surveyor, Thoreau was familiar with maps and their history. He appreciated their exactitude and the immediate and panoptic knowledge of space one can gain from them. Yet he was also aware that they could be used for territorial appropriation and exploitation - especially in the 1840s and 50s in the US - and that mapping draws enclosures that limit the scope of possibilities. This thesis is a detailed study of the numerous maps used, copied and annotated by Thoreau in the course of his writing career. As a surveyor and a saunterer all at once, Thoreau conceived of his texts as the place where he could combine his fascination with cartographic accuracy and his taste for lexical as well as political disorientation and extravagance. Chapter 1 examines the nature of mapping processses and identifies the four types of maps that Thoreau was familiar with. Chapter 2 looks at the texts written in the 1840s and shows how Thoreau questions the very notion of discovery - a central idea in his time. Chapter 3 shows how Waiden, Cape Cod and The Maine Woods were written with the help of specific maps, even as Thoreau's prose takes the form of an exercise in disorientation. Chapter 4 addresses Thoreau's political essays and shows how his experience as a surveyor was the starting point for a reflection on language and the way it maps the world. Chapter 5 looks at later texts about nature and reads them as the achievement of Thoreau's reflections on space and community.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (509 p.)
  • Annexes : 520 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2014) 056
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.