Les khojas Ismaïlis Agakhanis de Madagascar : des Gujaratis de l'Océan Indien (1885-1972) : Communauté religieuse, politique et territoires

par Ludovic Gandelot

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Faranirina V. Rajaonah.

Soutenue en 2014

à Paris 7 .


  • Résumé

    The ismaïli agakhani khojas (followers of the Aga Khan) are part of the gujarati minority of Madagascar. Facing divisions and conflicts, the khojas remaining followers of the Aga Khan set up a new community to counter the influence of the ithna ashery shiite Islam. Observed from Madagascar, they appear as a minority of low socio-economic status, and not so different from other gujaratis. However, after the Second World War, they become one of the most known communities. A reflection about the construction of identities of gujaratis of the Indian Ocean in relation to local and international political contexts, the study shows that the forms of the extra-territorial relations of gujaratis are partly determined by their mode of integration. In this process, the dynamism of the agakhani khoja community is very specific. Early and centralized, it is based on religion and articulated with the foreign condition of both religious leader and followers. We will present the different periods of its production, spread and appropriation by the agakhani khojas of Madagascar and will show that the internationalized community construction based in East Africa as well as the Aga Khan's own status enable the increase of the statutory position of the group.

  • Titre traduit

    The ismaili agakhani khojas of Madagascar : Gujaratis in the Indian Ocean (1885-1972) : Community construction, territories and politics


  • Résumé

    Les khojas ismaïlis agakhanis, fidèles de l'Aga Khan, sont une des communautés composant la minorité gujarati de Madagascar. Divisés et en conflit, les khojas agakhanis restés fidèles refondent leur communauté socio-religieuse afin de contrer l'influence de l'Islam chiite ithna ashery. Depuis Madagascar, ils apparaissent comme une toute petite minorité, peu élevée socio-économiquement et non-différente des autres gujaratis. Pourtant, ils deviennent après la Seconde Guerre mondiale, l'une des communautés les plus connues. Réflexion sur les constructions identitaires gujaratis dans l'océan Indien, en relation avec le politique à l'échelle locale et internationale, l'étude montre, sur la période 1885-1972, que les modes d'insertion à Madagascar commandent, en partie, la forme des relations extra-territoriales. Dans ce mouvement, la dynamique communautaire khoja agakhani est originale. Précoce et centralisée, elle se fonde sur le religieux et s'articule sur la double condition d'étranger du chef religieux et des fidèles. Nous analyserons les temps de sa production, de sa diffusion et de sa réappropriation par les khojas agakhanis de Madagascar et montrerons que l'organisation communautaire internationalisée centrée sur l'Afrique de l'Est et le statut de l'Aga Khan permettent la revalorisation statutaire du groupe.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (646 p.)
  • Annexes : 244 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2014) 048

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.