Medicina y politica en Buenos Aires, 1821-1852 : instituciones, practicas y saberes

par Mariano Di Pasquale

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Soutenue en 2014

à Paris 7 en cotutelle avec l'Université Nationale de tres de Febrero .

  • Titre traduit

    = Médecine et politique à Buenos Aires 1821-1852 : Institutions, pratiques et savoirs


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat est le résultat final d'une recherche portant sur l'histoire des savoirs et des pratiques médicales et leurs relations avec le pouvoir politique à Buenos Aires entre 1821 et 1852. Les chapitres qui constituent cette étude s'intéressent à la reconstruction de la complexe interrelation entre la médecine et la politique. Cette recherche a ainsi mis en évidence le peu de travaux produit sur cette question importante par l'historiographie. La thèse analyse le processus précoce d'institutionnalisation de la médecine en tant que savoir académique et scientifique à travers la création de l'Université de Buenos Aires, l'enseignement universitaire de la médecine et le contrôle de la pratique et de l'exercice professionnel par des institutions publiques-corporatives telles que le Tribunal de Médecine et l'Académie de Médecine. Par ailleurs, elle s'intéresse à la présence de certains courants de la pensée médicale qui ont aussi circulé au sein d'un plus ample secteur qui dépasse celui des médecins. Il s'agit d'étudier comment ce processus est devenu opérant par le biais de deux outils: d'un côté, la participation des débats scientifiques à la construction d'une sphère publique ; de l'autre, l'intervention des médecins dans l'action politique. La principale hypothèse de ce travail consiste à démontrer que la médecine et le pouvoi politique peuvent être pensés comme un espace qui —dès le début— s'alimentent l'un l'autre simultanément; autrement dit, qu'il existe un processus de régulation et de contrôle du pouvoi politique sur l'étude et la pratique professionnelle de la médecine alors que parallèlement se produi un phénomène d'expansion de la médecine dans le terrain politique.


  • Résumé

    This thesis is the final result of research on the history of medical knowledge and practices and their relationship with political power in Buenos Aires between 1821 and 1852. The chapters that make up this study are interested in the reconstruction of the complex interrelationship between medicine and politics. This research has highlighted the lack of work produced on this important issue by historiography. The thesis analyzes the early institutionalization process of medicine as an academic and scientific knowledge through the creation of the University of Buenos Aires, academic medical education and control of practice and professional by public-corporate institutions such as the Court of Medicine and the Academy of Medicine. It also focuses on the presence of certain current medical thinking which also circulated in a wider area that exceeds that of doctors. It is studying how this process became operating through two components: one side, the participation of scientific debates in the construction of a public sphere, on the other, the doctor's intervention as a political member of parliament. The main hypothesis of this work is to demonstrate that the medical and political power can be thought of as a space - early - feed each other simultaneously. In other words, there is a regulatory process and control of political power on the study and professional practice of medicine while at the same occur a phenomenon of expansion of medicine in the political field.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (408 p.)
  • Annexes : 698 réf.

Où se trouve cette thèse ?