L'inconstance de la voix narrative dans les récits de Maurice Blanchot

par Tatiana Nikishina

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l'image

Sous la direction de Éric Marty et de Arkadyi Grinshteyn.


  • Résumé

    Ce travail se propose de prendre au sérieux l'affirmation de Blanchot selon laquelle la littérature n'est pas affaire de signification mais de mouvement. La dynamique de la voix narrative est visée dans les perspectives sémiotique et linguo-rhétorique, ce qui permet de mettre en lumière la double exigence de l'écriture blanchotienne, à la fois critique et fictionnelle, et de confronter la thèse d'une oeuvre narrative critique et d'une oeuvre théorique créative de Blanchot. Le rapport de non-identité de la voix narrative est examiné dans ce travail dans trois perspectives différentes, quoique liées. Dans la première partie, le principe, la méthode critique et l'ethos de l'ambiguïté essentielle sont étudiés en tant que composantes stratégiques de la démarche critique blanchotienne des années 1940-1950. La deuxième partie s'intéresse particulièrement à la pratique singulière de l'image — la pratique de dissimulation — dans les récits blanchotiens, au sein de laquelle émerge le point de non-coïncidence de la voix narrative avec elle-même. C'est à partir de ce point que nous abordons la visibilité narrative en tant que phénomène complexe qui associe les aspects sémantiques et axiologiques à une pratique mimique du discours blanchotien. La troisième partie se penche sur les pratiques d'accueil et d'inscription de la distance dans les récits, où celle-ci provoque la déstabilisation intérieure du dispositif narratif, ce qui met en question toute approche narratologique de ces textes. L'analyse détaillée et progressive de Celui qui ne m'accompagnait pas permet de mettre en relief la passion du déséquilibre et la passion déséquilibrée de l'écriture blanchotienne.


  • Résumé

    The thesis is aimed at taking Blanchot's affirmation seriously according to which literature deals with movement rather than with signification. The dynamics of the narrative voice is principally examined from semiotic and lingo-rhetorical viewpoints. It gives an opportunity to discover the double imperative of the narrative voice — critical as well as fictional — and to compare the critical dimension of Blanchot's prose with the poetic implication of his essays. Hence, in three parts of the thesis the narrative voice relation of nonidentity is viewed from three different although complimentary perspectives. In the first part the essential ambiguity is examined as a principle, a critical method and an ethos of Blanchot's critical and fictional writing during 1940s -1950s, a period when Blanchot was engaged in a dialogue with Paulhan, Mallarmé, Sartre, Kafka, Rilke. In the second part the ways the text deals with image in Blanchot's récits (short narrative form which is related to paradox) are studied as a practice of dissimulation. Within this practice the point of non-coincidence of the narrative voice reveals. From this point the narrative visibility is approached as a complex phenomenon, which combines semiotic and axiological aspects of Blanchot's discourse with its mimic practice. In the third part the ways the text deals with distance in the récits are examined. These ways cause interiour destabilization of the narrative structure and put every narratological approach in question. Detailed analysis of Celui qui ne m'accompagnait pas gives an opportunity to put emphasis on the passion for instability and instable passion of Blanchot's oeuvre.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (88- 228 p.)
  • Annexes : 395 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2014) 030
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.