Entre faits et fiction : l'écriture de la nation dans l'oeuvre de Nadine Gordimer : 1948-2010

par Rim Makni

Thèse de doctorat en Langue et cultures des sociétés anglophones

Sous la direction de Ruth Morse.

Soutenue en 2014

à Paris 7 .


  • Résumé

    En se consacrant à l'oeuvre de Nadine Gordimer produite tout au long de sa longue et prolifique carrière, la thèse couvre plus de soixante années de production littéraire et d'histoire nationale sud-africaines, nous amenant à examiner la synergie entre la nation et la narration. La concomitance entre ces deux notions s'exprime d'abord par un hasard historique qui a fait que les débuts de l'auteure coïncident avec l'avènement de l'apartheid en Afrique du Sud. Partie d'une interrogation individuelle sur son identité de sud-africaine et d'écrivaine blanche, elle s'engage des lors, par le texte, à comprendre l'évolution politique complexe de son pays. De l'apartheid et ses origines coloniales, en passant par le moment post-apartheid et jusqu'au contexte actuel de la mondialisation économique et culturelle, cette évolution oblige à repenser les formes politiques et littéraires existantes. Par conséquent, on interrogera le pouvoir que possède le texte littéraire de Gordimer à raconter la nation sud-africaine. Le corpus proposé pour développer cette problématique accorde une place centrale aux écrits non fictionnels de l'auteure, jusque-là peu étudiés voire rnéconnus, tout en les mettant en regard de l'oeuvre de fiction (romans et nouvelles). On pourra ainsi observer les conséquences que peut avoir le choix d'un genre déterminé sur l'acte d'énonciation du national. L'auteure, son oeuvre, ainsi que la question nationale seront présentées comme `postcoloniales'. On ne manquera pas cependant, en s'appuyant sur les théories critiques récentes et sur le con/texte sud-africain, de souligner la nécessité de redéfinir cette étiquette critique qui risque parfois de se révéler totalisante.


  • Résumé

    By concentrating on Nadine Gordirner's work written throughout her long and prolific career, the thesis covers sixty-two years of South African history and literary production and leads us to examine the synergy between nation and narration. The concomitance of these two notions can initially be ascribed to historical circumstances, since the author's literary beginnings coincided with the advient of the apartheid regime in South Afiica. Starting with the questioning of her own identity as both a white South African and white writer, she then devoted her writing to understanding and recounting the complex political evolution of her country. From apartheid and its colonial origins to the post-apartheid moment and the present era of economic and cultural globalization, these changes have prompted her to rethink existing literary and political forms. We will therefore question the power of Nadine Gordimer's literary discourse to narrate the South African nation. The corpus we use to tackle this question focuses on her substantial nonfictional writing, previously understudied if not unknown, and on its interaction with her fiction (novels and short stories). We can then observe the impact that the choice of a writing genre mig,ht have on the act of narrating the nation. The author, her work and the national question are here presented as 'post-colonial'. However, based on the South African con/text and with the help of recent critical theory, we will also argue that we must redefine such a label which sometimes turas out to be problematic and totalizing.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(380 p.)
  • Annexes : 320 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2014) 023

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.