Les loisirs au Burkina Faso (fin du 19e siècle-années 1980)

par Madeleine Kinda

Thèse de doctorat en Histoire [et civilisations]

Sous la direction de Odile Goerg et de Moussa Bantenga.

Soutenue en 2014

à Paris 7 .


  • Résumé

    À partir d'éléments factuels, cette étude a eu pour objectif d'analyser sur la longue durée, les rythmes d'évolution des loisirs au Burkina Faso tout en prenant en compte la part des hommes et des femmes dans la pratique des loisirs. Les loisirs associés au travail et aux rites jadis vécus dans les campagnes à la fin du 1 9ème siècle ont évolué au début du 20ème siècle, poussés par l'accélération des circulations des personnes, des biens, de la monnaie et des connaissances. Ils font place à l'émergence de nouveaux loisirs tels que Le cinéma, le théâtre, le sport et les animations musicales modernes. Développés surtout en ville, ces nouveaux loisirs atteignent les villages par le biais des centres culturels et des écoles. Les femmes ayant au départ un accès plus restrictif aux loisirs en général, au cinéma et au bal en particulier dans un second temps, participent plus aisément aux activités théâtrales grâce à la légitimation que procure l'institution scolaire. L'implication de l'État dans l'organisation des loisirs à partir des années 1970 a contribué à valoriser l'image du cinéma tout en donnant l'occasion aux cinéphiles d'en profiter. L'organisation de semaines de culture contribue à dynamiser les campagnes tout en assurant la transversalité des loisirs entre villes et campagnes. En revanche, la politique culturelle visant à décentraliser les salles de cinéma à la fin des années 1970 s'est soldée par un échec faute d'accompagnement. Les salles de cinéma des campagnes, ouvertes dans les années 1980, se ferment dans les années 1990. Concrètement, le ministère des loisirs mis en place en 1984 n'a encore rien fait de significatif pour les loisirs des populations. Et pour les femmes, l'ouverture de clubs de gymnastique et surtout leur insertion dans des structures de développement et de production sont préconisés comme susceptibles de leur donner un cadre de divertissement. . . On le voit, peu de perspectives sont offertes. Une représentation conservatrice est solidement ancrée: celle de femmes qui ne doivent pas rester les bras croisées en se divertissant. Les changements dans les mentalités restent encore lents, timides et laborieux.


  • Résumé

    From factual elements, this study had for objective to analyze on the long lasting, the rhythms of evolution of the leisure activities in Burkina Faso while taking into account the part of the men and the women in the practice of the leisure activities. The leisure activities associated to the work and to the rites formerly lived in countrysides at the end of the 19th century evolved at the beginning of the 20th century, pushed by the acceleration of movements of people, the properties, the currency and the knowledge. They give way to the emergence of new leisure activities such as The cinema, the theater, the sport and the modem musical animations. Developed especially in town, these new leisure activities reach villages by means of cultural centers and schools. The women having at first a more restrictive access to the leisure activities generally, to the cinema and to the bail in particular secondly, participate more easily in the theatrical activities thanks to the legitimization which gets the school institution. The implication of the State in the organization of the leisure activities from 1970s contributed to value the image of the cinema while giving the opportunity to the cinema enthusiasts to take advantage of it. The week organization of culture contributes to re-revitalize campaigns while assurin the transversality of the leisure activities between cities and countrysides. On the other hand, the cultural policy to decentralize cinemas at the end of 1970s failed for lack of accompaniment. The cinemas of countrysides, opened in the 1980s, close in the 1990s. Concretely, the ministry of the leisure activities set up in 1984 again made nothing of significant for the leisure activities of the populations. And for the women, the opening of clubs of gymnastics and especially their insertion in structures of development and production are recommended as susceptible to give them a frame of entertainment. . . We see it, few perspectives are offered. A conservative representation is solidly anchored: that of the women who do not have to remain arms crossings by amu¬sing. The changes in the mentalities remain stil) slow, shy and laborious.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (419 f.)
  • Annexes : 115 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2014) 005

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.