Assessing liver regeneration by human embryonic stem cell-derived hepatocytes

par Wissam Hamou

Thèse de doctorat en Sciences du Vivant

Sous la direction de Valérie Gouon Evans et de Didier Montarras.

Soutenue le 15-12-2014

à Paris 6 , dans le cadre de École doctorale Complexité du vivant (Paris) .

Le jury était composé de Karim Si-Tayeb, Georges Uzan, Claire Fournier-Thibault.

  • Titre traduit

    Etude de la régénération hépatique par des hépatocytes dérivés de cellules souches embryonnaires


  • Résumé

    Trouver de nouvelles sources de foie pour les transplantations est un vrai enjeu. Les obstacles principaux à la transplantation d'organes sont la pénurie de greffons et les lourds traitements immunosuppresseurs à vie. La possibilité de reprogrammer les cellules du patient et les cultiver donne accès à une quantité virtuellement illimitée de cellules a transplanter, éliminant de ce fait le besoin de donneurs d'organesMon doctorat se divise en deux parties : la première consiste à faire des cellules hépatiques en programmant des cellules souches humaines. La deuxième consiste à transplanter ces dernières dans des foies de souris ayant des insuffisances hépatiques aigues et chroniques pour étudier la régénération du foie. Les nouveautés de ce projet sont le fait d'étudier la première phase d'intégration post transplantation des cellules car cette phase est critique dans la régénération. De plus je comparerai la régénération du foie par les cellules transplantées dans une insuffisance hépatique aigue avec une insuffisance hépatique chronique. Une semaine après transplantation, le foie de ces souris contenait les cellules greffées qui se sont implantées et celles-ci se comportaient comme des cellules de foie bona fide, produisant une protéine, l'albumine humaine. Encore mieux : l'analyse des fonctions du foie a relevé un retour à une fonction normale en 3 jours avec transplantation contre 7 jours sans cellules transplantées. Ces résultats sont très encourageants quant à la possibilité d'utiliser des cellules dérivées de cellules souches à des fins thérapeutiques.


  • Résumé

    Finding new sources for liver transplants is a real issue. The main obstacles to organ transplantation are the shortage of grafts and heavy immunosuppressive treatment for life. The ability to reprogram the patient's cells and grow them gives access to a virtually unlimited amount of transplanted cells, thereby eliminating the need for an organ donor. My doctorate is in two parts: the first is to make liver cells by programming of human stem cells. The second is to transplant those cells in the livers of mice with acute and chronic liver failure to study liver regeneration. The novel parts of this project are to study the first phase of post-integration cell transplantation because this phase is critical in regeneration. Also I would compare liver regeneration by transplanted cells in acute liver failure with chronic liver failure. One week after transplantation, the liver of these mice contained the grafted cells and which are located if they behaved as bona fide liver cells producing a protein, human albumin. Even better: analysis of liver function noted a return to normal function in three days with seven days without transplantation against transplanted cells. These results are very encouraging when the possibility of using cells derived from stem cells for therapeutic purposes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?