L'estime de soi d'adolescents ayant subi une expérience violente : étude interculturelle franco-syrienne

par Amer Omar

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Alberto Eiguer.

Soutenue le 26-11-2014

à Paris 5 , dans le cadre de École doctorale Cognition, comportements, conduites humaines (Boulogne-Billancourt) , en partenariat avec Laboratoire de Psychologie Clinique- Psychopathologie- Psychanalyse / PCPP (laboratoire) .

Le président du jury était Ouriel Rosenblum.

Le jury était composé de Alberto Eiguer, Ouriel Rosenblum, Odile Reveyrand-Coulon, Patrice Cuynet, Sylvain Missonnier.

Les rapporteurs étaient Odile Reveyrand-Coulon, Patrice Cuynet.


  • Résumé

    L'objectif principal de cette thèse est déterminé si des adolescents ayant subi une expérience de violence se différencient de ceux qui ne l'ont jamais subi dans un contexte interculturel franc-syrienne, au niveau d'estime de soi. Pour ce faire,deux groupes de 300 adolescents âgés de 14 à 19 ans ont participé à cette thèse. Le groupe syrien est composé de 150adolescents qui vivent à Damas, quant au groupe français est composé de 150 adolescents qui vivent en Île-de-France.Les données ont été récoltées à l'aide du questionnaire de définition des formes de violence subie (sexuelle, physique et psychologique) et de l'échelle toulousaine d'estime de soi. Trois hypothèses est formulées pour traiter les données statiquement. La première montre que le niveau de violence subie est plus répandu chez le groupe syrien. La seconde s'avère que le groupe français obtient un niveau d'estime de soi plus élevé que le groupe syrien. La troisième trouve une relation négative entre la violence subie et l'estime de soi. Enfin, il semble ainsi que la violence subie fait mauvais effet sur l'estime de soi et tous ses aspects qui représentent des déterminants importants au niveau de la santé psychique des adolescents.

  • Titre traduit

    Self-esteem of adolescents suffered a violent experience : Franco-Syrian cultural study


  • Résumé

    This thesis is aimed to test whether adolescents who have undergone an experience of violence have differs level of self-esteem from those that have never been; this study is towards a Franco-Syrian intercultural context. Two groups of 300 adolescents aged 14-19 years participated in this thesis. Syrian group is composed of 150 adolescents living in Damascus, while the French group is composed of 150 adolescents living in Ile de France. Data were collected using the questionnaire defined the forms of violence experienced and that of Toulouse's self-esteem scale. Three hypotheses are formulated to be treated statically. The first one shows a higher level of suffered violence among the Syrian group. The second proves that the French group obtains a higher level of self-esteem than Syrian group. The third is negatively related violence to self-esteem, noted that adolescents with no violence experiment have a better level of self-esteemthan those who were less fortunates during childhood or adolescence.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.