Trouble Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité & Impulsivité : étude et prévalence des comorbidités psychiatriques et addictives, d'aspects dimensionnels de personnalité et du niveau d'altération du fonctionnement global chez des adultes présentant un TDA/H

par Rébecca Porteret

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Isabelle Varescon.

Le président du jury était Mathilde Husky.

Le jury était composé de Isabelle Varescon, Mathilde Husky, Grégory Michel, Lucia Romo, Hervé Caci.

Les rapporteurs étaient Grégory Michel, Lucia Romo.


  • Résumé

    Introduction : En France, le TDA/H de l'adulte reste aujourd'hui encore controversé. L'absence de consensus sur l'existence même du trouble en tant qu'entité diagnostique singulière, et les nombreux débats idéologiques dont il est l'objet, placent le TDA/H dans un flou théorique, avec pour conséquence, une méconnaissance du trouble chez l'adulte, une négligence diagnostique et une prise en charge limitée voire inexistante de cette population. Or, le TDA/H engendre une multitude d'impacts psychologiques et fonctionnels considérables, provoquant une souffrance psychologique, et des altérations fonctionnelles variées. L'abondance de données sur le TDA/H de l'enfant, en contraste avec la pauvreté des études françaises sur le trouble chez l'adulte, souligne l'importance d'apports spécifiques à cette population. Cette recherche s'inscrit dans une approche intégrative du TDA/H de l'adulte, réunissant une méthodologie quantitative à la fois catégorielle et dimensionnelle. Nous avons étudié la dimension impulsive du TDA/H, à travers les prévalences des comorbidités psychiatriques et addictives, les troubles du contrôle des impulsions, et l'aspect dimensionnel de deux traits de personnalité (impulsivité et recherche de sensations) chez des adultes présentant un Trouble Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA/H).Méthode : 199 adultes âgés entre 18 et 65 ans (m= 34.3 ans) issus de consultations psychiatriques spécialisées du TDA/H de l'adulte, ont été diagnostiqués (hétéroévaluation) par une approche à la fois catégorielle (DSM-IV-T-R) et dimensionnelle (ASRS-v1.1 ; CAARS ; WURS-61). Les 199 participants ont été répartis en deux groupes, en fonction de la forme présentée. A savoir, soit une forme inattentive prédominante (TDA/n=83), soit une forme mixte (TDAH/n=116). La prévalence de troubles psychiatriques et addictifs (MINI) et de troubles du contrôle des impulsions (MIDI) associés au TDA/H, a été évaluée dans les deux groupes. De plus, deux traits de personnalité, à savoir l'impulsivité (BIS-11 ; EIFD) et la recherche de sensations (ERS), ainsi que l'altération du fonctionnement global (WFIRS-SR) ont été évalués par le biais d'une approche dimensionnelle (autoévaluations). Résultats : Les résultats de prévalence des comorbidités ont conclu à une prépondérance des troubles de l'humeur (spécifiquement la dysthymie), et des troubles anxieux (spécifiquement l'anxiété généralisée). On relève par ailleurs, pour les troubles addictifs, des prévalences majoritaires de troubles du contrôle des impulsions (spécifiquement l'achat pathologique), suivies par les troubles liés à l'usage de substances psychoactives (spécifiquement l'abus d'alcool), et les troubles du comportement alimentaire (spécifiquement la boulimie). La catégorisation diagnostique distinguant les deux groupes, a conclu à l'absence de différence significative concernant la prévalence des comorbidités. Seule le nombre moyen de comorbidités addictives a distingué les deux groupes (TDAH > TDA). Concernant les traits de personnalité, impulsif, et de recherche de sensations, si les deux groupes ont montré des profils dimensionnels parallèles, les scores des TDAH ont tous été significativement supérieurs à ceux des TDA. Même constat pour les niveaux d'altération du fonctionnement, qui bien que comparables au vu de la nature des dimensions altérées, ont tous été supérieurs pour les TDAH (vs TDA).Conclusion : L'impulsivité définit le TDA/H, et les manifestations impulsives inhérentes au trouble, s'apprécient au travers des profils psychiatriques et addictifs, mais également au travers des profils de personnalité.

  • Titre traduit

    Attention-Deficit/ Hyperactivity Disorder & Impulsivity : study and prevalence of psychiatric and addictive comorbidities, personality dimensions, and functioning impairment level, among adults with AD/HD


  • Résumé

    Introduction: Attention Deficit/Hyperactivity Disorder (ADH/D) still remains controversial in France, leading to a misreading of the disorder, a lack of diagnosis, and treatment, despite the considerable impacts in patients' life, psychological as well as functional. If AD/HD is recognized in children, the lack of studies in adults needed an input of new perspectives, especially in the psychological and psychopathological fields.We focused on the impulsive dimension of AD/HD, by evaluating psychiatric and additive comorbidities, two personality dimensions (Impulsivity and Sensation Seeking), and levels of functioning impairments in several dimensions, among adults, presenting an Attentional Disorder with or without Hyperactivity. Method: 199 respondents aged between 18 and 65 (mean= 34.3 years), coming from psychiatric consultations specialized in adult ¿AD/HD, received diagnosis of AD/HD (ASRS-v1.1; CAARS; WURS-61) and were classified in two groups depending on the form of disorder presented, either ADHD or just AD. The two groups, ADHD (n=116) and AD (n=83) were evaluated for the prevalence of psychiatric and addictive comorbidities, including impulse control disorders (MINI, MIDI), personality dimensions (BIS-11; FIDI; SSS) and functioning impairment level (WFIRS-RS). Our procedure allowed both categorial and dimensional assessments of AD/HD diagnosis. Results: We found as majority psychiatric comorbidities, mood disorders (specifically dysthymia), anxiety disorders (specifically generalized anxiety), and impulse control disorders (pathological buying) among the additive comorbidities. No significant difference was found in terms of prevalence between the two groups. In addition, the personality dimensions (impulsivity and sensation seeking) and the functioning impairment levels (7 dimensions) were all significantly higher for the ADHD group (vs AD group). However, all the respondents displayed identical score profiles in the two groups, concluding that, only the intensity levels of impulsivity, sensation seeking and impairment functioning, discriminate the two groups.Conclusion: Impulsivity is the core manifestation of AD/HD, appearing through high prevalence of psychiatric comorbidities (through mood lability and pathological anxiety) addictive disorders (whether related to psychoactive drugs or behaviors), as well as impulsive personality trait, and some functional impairments (specifically those related to daily life skills). Our procedure shows that a dimensional evaluation of AD/HD diagnosis should always complete a categorial one, in order to evaluate the extent of the impulsive dimension in AD/HD. This study provides first data on psychological and psychopathological profiles of French AD/HD adults and future researches are needed to complete these data.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.