Biais perceptif et oculomoteur lors de la perception des visages : effets du vieillissement

par Hélène Samson

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Nicole Fiori et de Dorine Vergilino-Perez.

Le président du jury était Denis Brouillet.

Le jury était composé de Nicole Fiori, Dorine Vergilino-Perez, Denis Brouillet, Thierry Baccino.

Les rapporteurs étaient Thierry Baccino, Mohamed Rebaï.


  • Résumé

    De nombreuses études ont relevé un biais perceptif (BP) gauche, c’est-à-dire une tendance à utiliser préférentiellement les informations issues de l’hémi-visage gauche (du point de vue de l’observateur), lors du traitement des visages. Ce BP pourrait être lié à la dominance de l’hémisphère droit pour le traitement des visages. Par ailleurs, certaines études ont mis ce BP en lien avec un biais oculomoteur (BO) gauche : l’observateur effectue des fixations en nombre et/ou en durée supérieurs sur l’hémi-visage gauche (Butler et al., 2005 ; Megreya & Havard, 2011). Au cours du vieillissement, le BP gauche semble être toujours présent, mais d’apparition plus tardive, nécessitant un temps d’exposition aux visages plus long (Butler & Harvey, 2008 ; Coolican et al., 2008). Dans ce travail de thèse, nous avons étudié l’évolution de ces deux biais au cours du vieillissement au cours d’une tâche de jugement de genre, à l’aide de visages normaux et chimériques (composés de moitiés de visages d’homme et de femme) en manipulant le nombre de saccades permettant d’explorer le visage (aucune, 1, 2 et 3 saccades) et la position de présentation des visages (Haut, Bas, Centre, Gauche et Droite). Bien que dans l’ensemble, les personnes jeunes témoignent d’un BP gauche, cela n’est pas le cas des participants âgés. En outre, ce BP dépend de la position de présentation des visages (BP de proximité pour les positions latérales), mais également du nombre de saccades exécutées (BP gauche apparaissant à partir de la réalisation d’une saccade). En outre, une certaine variabilité interindividuelle est notée, certains participants présentant un BP droit et d’autre une absence de BP. Le BO dépend également de la position de présentation des visages et reste stable au cours du vieillissement. Il semble résulter d’une combinaison de l’effet du centre de gravité (Bindemann et al., 2009) et de l’effet de rang (Kapoula, 1985), la position d’arrivée se situant autour du centre du visage, orientée légèrement vers le point de fixation initial. Enfin, ce BO n’est pas affecté par le BP des participants, qu’ils soient jeunes ou âgés, l’exploration des visages étant la même qu’ils répondent en se basant sur la partie gauche ou droite des visages. Dans l’ensemble, ces résultats remettent en question l’explication jusqu’ici avancée pour ces deux biais, à savoir la dominance de l’HD pour le traitement des visages.

  • Titre traduit

    Perceptual and gaze biases during face perception : effect of aging


  • Résumé

    Previous studies demonstrated a left perceptual bias while looking at faces, observers using mainly information from the left side of a face (from the observer point of view) to make a judgment task. Such a bias is consistent with right hemisphere dominance for face processing and has been sometimes linked to a left gaze bias, i.e. more and longer fixations on the left side of the face (Butler et al., 2005; Megreya & Havard, 2011). In the course of aging, the left perceptual bias is still observed, but seems to require a longer exposure duration to faces (Butler & Harvey, 2008; Coolican et al., 2008). Here, in several experiments we recorded eye-movements during a gender judgment task, using normal and chimeric faces (made from two different half-faces of a male and a female) presented at the top, bottom, left or right relative to the central fixation point or at the center. Young and older participants performed the judgment task by remaining fixated on the fixation point or after executing one, two or three saccades. Even if young participants presented an overall left perceptual bias, it was not the case for older participants. Moreover, the perceptual bias depended on face position (a proximity bias was observed for lateral positions) and the number of allowed saccades (the perceptual bias was present when a saccade was executed). An important inter-individual variability was also observed. Indeed, some participants presented a left perceptual bias, while others presented a right perceptual bias or none at all. The gaze bias was also function of face position and is steady while growing older. This gaze bias seems to depend on the combination of two effects: the center-of-gravity effect (Bindemann et al., 2009) and the range effect (Kapoula, 1985). The saccade landing position was located around the center of the face, slightly oriented toward the initial fixation position. No apparent link between gaze and perceptual biases was found in any experiments, for both groups, meaning that a perceptual bias was not systematically coupled to saccades made toward the side of the face which was used to perform the gender judgment. Those results challenge the overall explanation put forward for those two biases that is the right hemisphere dominance for face processing.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.