Anthropologie du conflit en Guadeloupe : la construction de sujets périphériques

par Rémadjie N'Garoné

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Francis Affergan.

Le président du jury était Erwan Dianteill.

Le jury était composé de Francis Affergan, Erwan Dianteill, Jean-Paul Colleyn, Francis Dupuy.

Les rapporteurs étaient Jean-Paul Colleyn, Francis Dupuy.


  • Résumé

    Cette recherche porte sur les dynamiques de fusion et de dispersion traversant le corps social et culturel guadeloupéen. Le conflit hérité de l'esclavage et de la colonisation n'ayant pas été résolu, a été mis en latence devenant sous-jacent à toutes sortes de relations sociales. Ce conflit, à l'origine de la société et de la culture guadeloupéennes, engendre désormais des dynamiques de dispersion. Il s'agit donc ici de relever diverses formes conflictuelles se déployant dans les champs économique, socioculturel et politique, pour en faire émerger la trame culturelle. Ce conflit opposant originellement dominés et dominants ou soi et l'autre, a été intégré à la culture, il la façonne et se transmet par son biais. L'étude des représentations et pratiques liées à la consommation, des perspectives de changement social, de la mémoire collective ou des relations hiérarchiques au travail, permet de saisir la reproduction et la transmission de certaines grilles d'interprétations de la réalité, de schèmes de comportements et de modes de relation à l'autre. Les protagonistes réels ayant disparu à la fin de la colonisation, ce conflit oppose désormais des systèmes de valeur, des références culturelles et identitaires, des paradigmes de pensée ou en encore des figures, en somme, des forces contradictoires internes et transversales à cette société. L'assimilation politico-culturelle à la France ayant cours depuis la loi de départementalisation de 1946, les frontières entre soi et l'autre se sont partiellement estompées, renforçant les sentiments de déréalisation et la menace de disparition du collectif. Les dynamiques d'unification du corps socioculturel se réalisent alors dans l'adversité, dans une relation de pouvoir problématique avec un autre. Ce phénomène entraîne des formes de recentrement identitaire et des tentatives d'expulsion de l'autre en soi. La figure du dominant est ainsi projetée hors de soi. Ce schéma récurrent est notamment mis en avant dans les notions de pwofitasyon, de masse et d'identités nèg donnant lieu à des tentatives de production d'authenticité culturelle et d'appropriation du pouvoir. Il est donc aussi question d'étudier les paramètres selon lesquels les sujets individuels et collectifs se construisent, les identités produites et leurs relations, mais aussi les façons dont ces sujets composent avec la diversité pour se construire une existence. Dans un tel contexte, la gestion permanente de ce conflit se manifeste par la fluidité des positions, la porosité des références et la multiplicité des allégeances et des outils culturels, donnant forme au processus syncrétique. Ainsi, ce conflit transversal, global, donne lieu à l'émergence de sujets périphériques, dont l'existence est surdéterminée par le déséquilibre de la relation à l'autre. Et parce que ces sujets ont intégré une part de cet autre, qu'ils n'ont d'existence qu'à l'intérieur de cette relation conflictuelle, leurs quêtes identitaires consistent à se positionner à la marge de l'autre, mais aussi d'eux-mêmes.

  • Titre traduit

    Anthropology of conflict in Guadeloupe (French West Indies) : construction of peripherals subjects


  • Résumé

    This research focuses on the dynamics of fusion and dispersion throughout Guadeloupean social and cultural groups. The unresolved conflict inherited from slavery and colonization has become latent and underlies all kinds of social relationships. This conflict, which is at the origin of Guadeloupean society and culture, now encompasses dynamic dispersion. It is therefore a matter of diverse conflicting forms unfolding within the economic, social, cultural and political fields that emerge through the cultural fabric. This conflict, originally between the dominated and the dominant or oneself and the other, has been incorporated into the culture, and is shaped and transmitted by its bias. The study of representations and practices related to consummation, perspectives of social change, collective memory and hierarchical relationships at work, captures the reproduction and transmission of certain interpretations of reality, patterns of behavior and ways of relating to each other. This conflict is left with now opposing value systems, cultural and identity references, paradigms of thought and even figures as the real protagonists disappeared at the end of colonization, in fact, these are contradictory internal and transverse forces within this society. Since the politico-cultural assimilation that took place in France with the law of departmentalization of 1946, the boundaries between oneself and the other have become partially blurred, reinforcing feelings of déréalisation and the threat of the extinction of the collective. The dynamics of the unification of the socio-cultural body then occurs in adversity, in a power struggle relationship with another. This phenomenon leads to forms of re-centering of identity and attempts to evict the other in oneself. The dominant figure is thus projected outside itself. This recurring schematic is particularly highlighted in the notions of pwofitasyon, of mass and neg identities resulting in attempts to produce cultural authenticity and the appropriation of power. It is therefore also a matter of studying the parameters within which individual and collective subjects are constructed, identities produced and their relationships, and how these subjects are created with diversity to construct an existence of oneself. In such a context, the ongoing management of this conflict is manifested by the fluidity of positions, porous references and multiple allegiances and cultural tools that give shape to the syncretic process. Thus, this transversal and global conflict resulted in the emergence of peripheral subjects, whose existence is determined by the imbalance in the relationship with the other. And because these subjects have included a part of the other, they only exist within this conflicting relationship, their quest for identity consists not just of positioning oneself at the margin of the other, but also at the margin of themselves.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.