L’art de romantiser le monde : Caspar David Friedrich et la philosophie romantique

par Laure Cahen-Maurel (Cahen)

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jacqueline Lichtenstein et de Günter Zöller.

Soutenue le 22-01-2014

à Paris 4 en cotutelle avec Ludwig-Maximilians Universität (Munich, Allemagne) , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Métaphysique, histoires, transformation, actualité (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Danièle Cohn.

Le jury était composé de Jacqueline Lichtenstein, Günter Zöller, Danièle Cohn, Ives Radrizzani.


  • Résumé

    La peinture de Caspar David Friedrich (1774-1840), connue pour être une peinture« métaphysique », ayant une forte charge symbolique, donne lieu à toutes sortes déconstructions idéologiques. Notre travail propose une réflexion, au travers de cet art et de ses interprétations, sur la notion même de « romantisme ». Il s’agit de montrer qu’un examen précis de la représentation que le romantisme allemand a de lui-même offre des possibilités herméneutiques encore en partie inédites pour qui veut comprendre Friedrich en tant que peintre romantique allemand. C’est ce que nous avons tâché de faire apparaître dans une approche philosophique qui associe présence au tableau comme objet capable de produire lui-même son sens, inscription dans le contexte des pensées contemporaines de cet art, et examen des résonances de ce romantisme dans l’art d’aujourd’hui. Recentrant l’interprétation du romantisme allemand sur la pensée de Novalis, nous avons pris pour fil conducteur la formulation du programme explicite de ce que lui-même dénomme la« philosophie romantique » dans un fragment célèbre (« Le monde doit être romantisé.C’est ainsi que l’on retrouvera le sens originel ») et qui fait du romantisme un concept opératoire, une opération ou technique — un « art de ». L’enjeu de cette thèse est de clarifier ainsi le sens philosophique de l’exigence romantique allemande, à entendre comme un idéal esthétique, donc comme un concept normatif, tout en cherchant à explorer dans la philosophie romantique de l’art le thème à nos yeux négligé de la peinture comme art visuel. A ce titre, elle n’est pas une monographie sur Friedrich, elle interroge, par son prisme, la philosophie romantique.

  • Titre traduit

    The Art of Romanticizing the World : Caspar David Friedrich and Romantic Philosophy


  • Résumé

    The painting of Caspar David Friedrich (1774-1840), known for being ‘metaphysical’ andstrongly charged with symbolism, has given rise to all sorts of ideological constructions.Based on this art and its manifold interpretations our study reflects on the very notion of‘romanticism’. It seeks to demonstrate that a precise examination of the representation that romanticism has of itself offers hermeneutic possibilities that still remain partially unexplored for anyone wishing to understand Friedrich as a German romantic painter. Our philosophical approach endeavours to pay close attention to the paintings as objects capable of producing their own meaning, as well as situating this art in the context of contemporary ideas and conceptions, and analyzing the resonances of this romanticism inthe art of today. Re-focusing the interpretation of German romanticism onto the thought of Novalis we have adopted as a guiding thought the formulation of a programme that explicitly terms itself “romantic philosophy” in a celebrated fragment (“The world must be romanticized. In this way one finds again its original meaning”), and which renders romanticism an operational concept, an operation, technique or method – an “art of”.Thus, the aim of this thesis is to clarify the philosophical sense of the romantic imperative,understood as an aesthetic ideal, i.e. as a normative concept, while seeking to explore inthe romantic philosophy of art the hit her to neglected topic of painting as a visual art.Accordingly, this work is not a monograph on Friedrich. Rather, through the prism of his art it questions the status and nature of romantic philosophy itself.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.