Réception de Nicolas Boileau-Despréaux : de la fin du XVIIe siècle au début du XXe

par Ouarda Hamadouche

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Gérard Ferreyrolles et de Anne-Élisabeth Spica.

Soutenue le 25-10-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF (laboratoire) et de Université de Lorraine .

Le président du jury était Emmanuel Bury.

Le jury était composé de Gérard Ferreyrolles, Anne-Élisabeth Spica, Emmanuel Bury, Michel Leroy, Martine Jey.


  • Résumé

    Nicolas Boileau-Despréaux fut longtemps considéré comme l’initiateur de l’Europe à « l’idéal classique », le représentant de la précellence et du « génie de la langue française ». Incarnant la perfection de « l’esprit national », c’est par rapport à lui que sont jugés les auteurs des autres siècles avant qu’ils ne soient admis en tant que « classiques français ». Interroger les rouages de l’élaboration de la mythification de l’auteur de l’Art Poétique suppose l’examen des tenants et des aboutissants de la référence à Boileau. Notre propos est de mesurer l’usage qui en a été fait par l’institution scolaire et les formes éditoriales, afin de nous éclairer sur sa réception. L’analyse de cette figure emblématique du « canon classique français » montre que l’œuvre bolévienne a été investie d’une fonction fondatrice de la littérature nationale, dont elle définit les principes et l’excellence. Évaluer le rôle de ces discours dans la consécration de l’auteur et leur participation dans la diffusion de sa notoriété, permet de juger de leur impact sur la constitution d’un idéal esthétique, qui passe par la canonisation de l’œuvre bolévienne dans le but d’une édification nationale. De plus, si la légende de « Législateur » a trouvé ses assises dans des « lieux de mythification », notamment l’annotation et les discours biographique et iconographique, sa démythification s’élabore au lendemain même de la mort de l’auteur et à contre-courant de la légende elle-même. La concurrence qui s’opère entre les discours pro et anti-canonisation de Boileau permet de mesurer jusqu’à quel point la réception de l’auteur interfère dans le regard que pose le siècle des Lumières aussi bien que le XIXe siècle sur le « siècle de Louis le Grand ».

  • Titre traduit

    Reception of Nicolas Boileau-Despréaux


  • Résumé

    Nicolas Boileau-Despréaux was long considered as the initiator of Europe to the ‘classical ideal’, the representative of the preeminence and the ‘génie’ of the French language. As the representative of the ‘spirit of the French nation’, it is to him that authors of other centuries are compared before they are accepted as ‘French classics’. Questioning the inner workings of the mythologizing’s creation of Boileau, imply examining the ins and outs of the reference to him. Our purpose is to measure the use of the ‘French Legislator’ by school and editorial forms to enlighten us on his reception. The analysis of this emblematic figure of the ‘French classical canon’ shows that Boileau has been invested with the principles and excellence of the national literature. Our observations point out that edition as much as periodic and educational works had a major role in the consecration of the author. It is to them that we owe the author’s reputation and the creation of an aesthetic ideal of which the major purpose is nation building. Furthermore, if the ‘Legislator’s’ legend was built in Boileau’s works’ annotation and biographical and iconographic discourse, its demystification started just after the death of the author and against the legend itself. This contestation instructs us on the reception of the « Legislator of French Parnassus » as well as on how the 18e and 19e centuries perceived their predecessor.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.