Le roman policier grec (1953-2013) : les enjeux littéraires du genre policier en Grèce

par Loïc Marcou

Thèse de doctorat en Lettres grecques modernes

Sous la direction de Henri Tonnet.

Soutenue le 25-10-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) .

Le président du jury était Jean-Yves Masson.

Le jury était composé de Henri Tonnet, Jean-Yves Masson, Constantin Bobas, Marc Lits, Pétros Martinídīs.


  • Résumé

    Contrairement à ses homologues occidentaux (le detective novel britannique, le roman de détection français, le roman noir anglo-américain, le giallo italien), le récit policier grec est une terra incognita pour la recherche universitaire.Cette thèse ambitionne de combler cette lacune en s’intéressant à un genre qui, plus que tout autre, a eu mauvais genre en Grèce. Les deux questions qui constituent le fil d’Ariane de notre réflexion tournent autour de l’hellénité du genre (existe-t-il un roman policier grec doté de caractéristiques intrinsèques ?) et de son évolution en diachronie (y a-t-il continuum ou rupture entre l’ancienne et la nouvelle production policière hellénique ?). Notre thèse est construite en trois temps. Notre première partie s’intéresse aux raisons de la naissance tardive du genre en Grèce et à son histoire sur six décennies, de 1953 à 2013. Notre deuxième partie se penche sur la poétique du nouveau roman policier grec (1995-2013) en prenant pour point de comparaison l’ancienne production policière hellénique (1953-1967), celle de Maris et de ses épigones : Chairopoulos, Kakouri, Marakis, Markakis, Papagéorgiou. Au cours de cette deuxième partie, il est surtout question de l’identité générique du nouveau « polar grec » (roman de détection, roman noir, thriller, « polar méditerranéen » ?), des personnages qu’il met en scène et de la thématique de la ville. Enfin, notre troisième partie ambitionne de montrer que le nouveau roman policier hellénique mène une investigation sur l’histoire, la société et l’identité grecques. Plus qu’à l’anatomie d’un crime, le lecteur assiste en effet, dans la nouvelle production policière hellénique, à l’anatomie d’un pays.

  • Titre traduit

    Greek crime fiction (1953-2013)


  • Résumé

    In opposition to Western crime fiction (British and French detective novels, American hard-boiled crime fictions, Italian giallo), Greek crime fiction is totally unknown in the field of academic research (both in Greece and France).This thesis aims to fill this gap by focusing on a literary genre which, more often than not, has been badly seen by the Greek literary establishment. The two questions which drew our attention revolved around the Hellenic dimension of the genre (is there something as such as Greek crime fiction?) and around the evolution of Greek crime fiction over time (is there a continuity or a major shift between former and recent Greek crime fiction?).Our thesis is divided into three parts. The first part focuses on the belated emergence of the genre in Greece and on the history of Greek crime fiction from 1953 to 2013. The second part analyses the poetics of recent crime fiction production in Greece (1995-2013), in comparison to the novels or short stories of Greek writers of the fifties and sixties (authors such as Yannis Maris, Christos Chairopoulos, Athina Kakouri, Andronikos Markakis, Takis Papageorgiou). In our second part, we also try to identify the genre in which Greek crime fiction expresses itself (detective story? Hard-boiled story? Thriller? Mediterranean Noir?). Finally, we analyse the main characters who appear in the plot and the theme of the city. The third part aims at showing that contemporary authors of Greek crime fiction lead an investigation on the history of Greece (and its society) and on Hellenic identity. In a nutshell, recent Greek crime fiction is more focused on the anatomy of a country than on the anatomy of a crime.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 01-01-2018

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.