"La déesse" au XXe siècle : écritures théoriques et poétiques (James Frazer, Jane Harrison, Robert Graves, André Breton, Cesare Pavese, Sylvia Plath)

par Valérie Sourisseau

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Anne Tomiche.

Soutenue le 09-12-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre de recherche en littérature comparée (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Véronique Gély.

Le jury était composé de Anne Tomiche, Véronique Gély, Sylvie Ballestra-Puech, Sylvie Parizet.


  • Résumé

    Cette étude a pour objet d’explorer une figure d’origine mythologique réactualisée et réinterprétée dans la première moitié du XXe siècle par des ouvrages anthropologiques d’abord, puis à leur suite par certaines œuvres poétiques : il s’agit de la Grande Déesse de l’Antiquité, devenue tout simplement chez certains « la déesse ». De la construction anthropologique à la réécriture littéraire, la déesse apparaît comme une figure composite à la fois de la mère et de la mort. En tant que femme, elle s’oppose à l’homme, en tant que déesse-mère, au dieu-père. Autour d’elle se développe tout un réseau de récits et de représentations d’origines diverses : récit de la quête du héros affrontant la déesse, théorie du matriarcat originel, révélation à la fois sexuelle et spirituelle, énigme de la poésie. A travers elle, c’est en réalité la question des rapports problématiques entre le sexe féminin et l’humain qui se pose.

  • Titre traduit

    « The Goddess » in the XXth century : Theoretical and poetical (re)writings (James Frazer, Jane Harrison, Robert Graves, André Breton, Cesare Pavese, Sylvia Plath)


  • Résumé

    The object of this study is to explore a figure of mythological origin which has been actualized and reinterpreted in the first half of the XXth century by anthropologists first and then, in their wake, by a few poetic works – the Great Goddess of Antiquity, now popularized as the Goddess. From anthropological construction to literary rewriting, the goddess appears as a composite figure, embodying both the idea of the mother and of death. As a woman, she is opposed to man, as a mother-goddess, to the father-god. A whole network of diversely originated representations and narratives develops around her: the narrative of the hero’s confrontation with the Goddess, the theory of prehistoric matriarchy, revelations both sexual and spiritual, the enigma of poetry. Through her, the question of the problematic relations between female gender and humanity is ultimately raised.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.