Le marqueur –sja en russe contemporain : approche énonciative

par Sébastien Saudreau

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Stéphane Viellard.

Soutenue le 05-12-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Centre de linguistique en Sorbonne (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Robert Roudet.

Le jury était composé de Stéphane Viellard, Robert Roudet, Christine Bonnot, Christine Bracquenier.


  • Résumé

    Cette thèse a pour objectif de proposer une approche renouvelée des verbes russes en –sja (Vsja), improprement qualifiés de « réfléchis ». Les approches existantes peinent à rendre compte des valeurs multiples et contradictoires que peuvent assumer ces verbes et notamment de celles ne pouvant en aucun cas relever de la réfléxivité stricto sensu.Le modèle proposé s’inscrit dans la théorie des opérations énonciatives (TOE) et unifie toutes les valeurs de Vsja. Tout d’abord, la comparaison de –sja, sebjá et de la particule atone sebe a permis de mieux dessiner les spécificités de Vsja. Puis l’analyse des faits diachroniques a permis de rappeler le lien ancien qui, en slave, unit –sja à la valeur de la voix moyenne. Cependant, –sja, en synchronie, ne peut être considéré comme un opérateur de voix notamment parce que certains emplois de Vsja (kusat’sja, par exemple) n’entraînent aucun changement de voix ou de diathèse. Dans notre modèle, –sja est la trace d’une opération énonciative visant à centraliser une relation – et une seule – entre Vsja et un autre actant de l’énoncé, qui n’est pas forcément le sujet grammatical, mais sans exclure obligatoirement la relation au second actant dans le cas des phrases biactancielles. Celle-ci est seulement périphérisée et, selon le sémantisme de Vsja et des actants en présence, peut/doit être maintenue ou exclue. Et si cette centralisation, qui intervient juste après l’opération d’instanciation, engendre, sur le plan sémantique, des effets de sens de type voix moyenne, ce modèle permet surtout d’envisager Vsja en dehors du système des voix verbales, tout comme il permet de résoudre l’ensemble des contradictions apparentes entre les différentes valeurs de Vsja.

  • Titre traduit

    The marker –sja in contemporary Russian : an enunciative approach


  • Résumé

    The aim of this study is to propose a new approach to –sja verbs in Russian, improperly described as “reflexive”. The existing models fail to account for all the various and sometimes contradictory values assumed by –sja verbs, in particular for those Vsja which cannot be considered as having a “reflexive” meaning.The proposed model lies within the framework of the Théorie des opérations énonciatives (TOE) and unifies all the values of –sja verbs. The comparison between –sja, sebjá and the atonic particle sebe helped to understand the specificity of –sja. Then a short analysis of diachronical facts enabled us to stress the historical link in Slavic between –sja and the middle voice. Nevertheless, the marker cannot be considered synchronically as a “voice operator” notably because certain Vsja (e. g. kusat’sja) do not present a voice or diathesis shift. In our model, –sja is the sign of an enunciative operation whose aim is to centralize the relation between Vsja and one actant only, that is not necessarily the grammatical subject, and resulting in the other relation being simply peripheralized. Such an approach allows to solve all the apparent contradictions within the so-called Russian “reflexive” verbs and allows also to envisage Vsja outside the system of the verbal voices.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.