L’État républicain et ses délinquants : Police et justice face à la « jeunesse irrégulière » de la Seine durant la crise des années 1930

par Olivier Golliard

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Jean-Noël Luc et de Jean-Claude Farcy.

Soutenue le 21-11-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre d'histoire du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Marc Renneville.

Le jury était composé de Florence Bourillon, Jean-Claude Caron.


  • Résumé

    Dans le contexte général du début du XXe siècle, les petits délinquants font l’objet d’une grande attention de la part des instances régulatrices que sont la Police municipale de Paris et le Tribunal pour enfants et adolescents (TEA). La problématique qui s’intéresse aux effets de la crise sur la délinquance ne se limite pas au champ économique. Elle interroge également l’histoire sociale, politique, judiciaire et culturelle. En effet, la loi du 22 juillet 1912, créant les TEA, réorganise la répression de cette petite délinquance qui a ses quartiers, ses pratiques délictuelles propres. Du cœur de Paris à Saint-Denis, la délinquance juvénile agit de différentes façons. Dans ce territoire parisien se déploient toutes sortes de configurations qui conditionnent les petits larcins. La recherche interroge le rôle de tous les acteurs gravitant autour des mineurs de moins de 21 ans : policiers, juges, délégués à la liberté surveillée, parents, médecins, experts, criminologues, juristes. Cette interrogation prend place alors que s’établit un politique de protectrice des mineurs. Dans ce cadre, c’est avec plus ou moins d’efficacité et de moyens que la loi de 1912 est appliquée. L’ensemble de la recherche questionne ainsi le rôle de l’État dans l’intégration des mineurs délinquants à la République et à la société.

  • Titre traduit

    The Republic and its delinquents : Police and Justice coping with young offenders in the Seine district during the 1930s crisis


  • Résumé

    Within the overall framework of the beginning of the XXth century, young delinquents are the subject of great attention on the part of approved regulators such as the Municipal Police Department of Paris, the Court for Children and Adolescents. The issue that examines the crisis effects on delinquency is not only restricted to the economic field. It also questions social, political, legal and cultural history. Indeed, the Act of 22 July 1912 that creates the Courts for Children and Adolescents, reorganizes the repression of childhood delinquency which has its neighbourhoods and its own tort practices. From the heart of Paris to Saint Denis, juveline delinquency acts in different ways . In this Parisian area, all sorts of configurations are deployed which impact and influence petty theft. The research examines the role of every agent that gravitates around children under 21 years of age : policemen, judges, probation officers, parents, medical evaluators, criminologists, legal experts. This questioning arises while a protective childhood policy is taking place. In this context, the law of 1912 is applied with more or less effectiveness and means. The whole research raises the question of the government's role in integrating juvenile offenders into the Republic and society.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.