Communiquer-consommer dans les cafés et les supermarchés : vers une approche miscrosic

par Camille Zéhenne

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Karine Berthelot-Guiet.

Le président du jury était Yves Jeanneret.

Le jury était composé de Karine Berthelot-Guiet, Yves Jeanneret, Pascal Lardellier, Joëlle Le Marec.

Les rapporteurs étaient Pascal Lardellier, Joëlle Le Marec.


  • Résumé

    Cette recherche s’interroge sur les rapports entre consommation et communication dans les cafés et lessupermarchés. Ces espaces nous les avons qualifié d’interstitiels car ils correspondent à un entre-Deux signifiantdans la vie sociale. On a pu montrer que l’espace se construit à travers les praxis et les imaginaires, qui sepositionnent face aux normes qui en régissent les usages. Aux structures plastiques des espaces correspondentdes négociations qui permettent aux identités sociales de se construire. Cohabitent ainsi quatre dimensions dansles espaces interstitiels : la dimension inter de l’entre-Deux qui articule l’individu à la communauté, la dimensionhyper qui est celle des normes structurants les échanges, la dimension infra qui permet la négociation et enfin ladimension micro qui implique la fabrication des identités sociales et la posture de chercheur adoptée dans cetravail.Cette recherche est aussi l’occasion de présenter une méthode, dénommée microsic, qui se veut une démarcheavec une base ethnographique permettant de déployer des méthodologies à même de capter des situationssociales de nature instables. Nous avons insisté sur la dimension poïétique de toute recherche en anthropologiede la communication, dont la visée est de rendre compte de phénomène qui se dérobent en permanence auregard et dont il faut restituer la complexité.

  • Titre traduit

    Communicating-Consuming in cafes and supermarkets : towards a microCs approach


  • Résumé

    This research questions the relationship between consumption and communication in cafes and supermarkets.We have termed these spaces interstitial because they correspond to a meaning of an in-Between found insocial life. It has been shown that space is built through the praxis and the imaginary, which position themselvesfacing the standards that govern the practices. To the visual structures of the spaces correspond negotiationsthat enable the building of social identities. Thus four dimensions coexist in the interstitial spaces : the in-Betweeninter dimension that links the individual to the community, the hyper dimension which is the one of the standardsthat structure exchanges, the infra dimension that enables negotiation and finally the micro dimension thatinvolves the making of social identities and the researcher posture adopted in this work.This research is also an opportunity to present a method, called microCs, that aims to be an approach with anethnographic basis enabling the deployment of the appropriate methodologies for capturing inherently unstablesocial situations. We emphasized the poietic dimension of any research in anthropology of communication,whose aim is to account for phenomena that constantly avoid attention and whose complexity we must bring out.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.