François Rude (1784-1855), sculpteur romantique

par Wassili Joseph

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Barthélémy Jobert.

Soutenue le 25-06-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) , en partenariat avec Centre André Chastel (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Pierre Wat.

Le jury était composé de Pierre Wat, Bertrand Tillier, Philippe Boutry, June Ellen Hargrove, Isabelle Leroy-Jay Lemaistre.

Les rapporteurs étaient Pierre Wat, Bertrand Tillier.


  • Résumé

    Le sculpteur François Rude (1784-1855), auteur du relief universellement connu de La Marseillaise qui orne l’un des piédroits de l’arc de triomphe de l’Étoile à Paris, est l’un des artistes majeurs de la période romantique. Pourtant, depuis 1904, aucune étude d’envergure ne lui a été consacrée. Cette thèse propose de réévaluer son œuvre par le prisme de la question stylistique. Qu’est-ce que le romantisme de Rude et comment s’inscrit-il dans le mouvement romantique en sculpture ? À partir d’un catalogue raisonné, la totalité de sa carrière est interrogée : ses années de formation à Dijon puis à Paris sous l’Empire ; son exil à Bruxelles dans les années 1820 où il développe la leçon néoclassique ; son retour à Paris où il devient une figure centrale du mouvement romantique avec le Jeune Pêcheur Napolitain au Salon de 1833 ; l’accomplissement de ce qui restera son chef-d’œuvre, Le Départ des volontaires inauguré en 1836 et qui sous le titre La Marseillaise va devenir une icône nationale ; son investissement politique au travers de ses nombreuses statues de Grands Hommes, qu’il réalise en interrogeant les codes académiques ; enfin, la part plus intime de son travail dans les autres genres majeurs de la statuaire que sont les œuvres religieuses et mythologiques. Cette étude réaffirme la place centrale de Rude dans le paysage artistique du premier XIXe siècle. Elle démontre qu’il n’a pas été l’artiste d’une seule œuvre, mais qu’il a bien réformé en profondeur la pratique statuaire, devenant ainsi un maître pour plusieurs générations de sculpteur tant classiques que d’avant-garde, comme Carpeaux, Rodin ou Bourdelle. On peut ainsi donner raison à Apollinaire qui avait vu en lui le père de la statuaire moderne.

  • Titre traduit

    François Rude (1784-1855), romantic sculptor


  • Résumé

    The sculptor François Rude (1784-1855), known for his work La Marseillaise which decorates the Arc de Triomphe in Paris, is one of the major artists of the romantic period. Yet there have been no major studies focused on his work since 1904. This thesis reevaluates Rude's oeuvre through a stylistic lens. What was romanticism for Rude, and how did he influence the Romantic Movement in sculpture? Based on a catalogue raisonné, the thesis investigates his full career—his years of training in Dijon and then in Paris under the Empire, his exile in Brussels in the 1820s where he internalized the lessons of Neo-classicism, his return to Paris where he became one of the central figures of the Romantic Movement with the exhibition of his Neapolitan fisherboy at the 1833 Salon, the completion of what remains his primary masterpiece and a national icon, La Marseillaise, unveiled in 1836 under the name Le Départ des volontaires, his sense of political engagement as demonstrated through his numerous Great Men statues, built with a constant questioning of the academic codes, and finally, the more intimate side to his work represented by his religious and mythological statues.This thesis confirms Rude’s central position in the artistic field of the first part of the 19th century. It demonstrates that, more than just the creator of a single masterpiece, Rude contributed profoundly to reforming sculptural practice, becoming a master for multiple generations of sculptors both classical and avant-garde, such as Carpeaux, Rodin or Bourdelle. In this way, the thesis validates Apollinaire, who saw in Rude the Father of Modern Sculpture.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 25-06-2019

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.