Le Corps dans la poésie de Rimbaud

par Mami Tsukashima

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de André Guyaux.

Soutenue le 20-09-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF (laboratoire) et de Littérature française XIXe-XXIe siècles (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-Pierre Bertrand.

Le jury était composé de André Guyaux, Jean-Luc Steinmetz, Olivier Bivort.


  • Résumé

    La présente étude se propose d’éclairer la signification du corps chez Rimbaud par le biais de son combat spirituel contre le christianisme. Sa méthode pour devenir poète, le « dérèglement de tous les sens » et la richesse des descriptions et des évocations du corps montrent l’importance du corps dans sa poésie. Rares sont les études qui se sont interrogées sur la thématique du corps en relation avec la morale chrétienne. Pourtant, chez Rimbaud, la description du corps est un moyen essentiel d’exprimer sa révolte contre la religion catholique. Notre thèseexamine en premier lieu l’idée du corps selon la morale religieuse de l’époque à travers des documents relatifs à l’enseignement religieux. Elle aborde ensuite les textes de Rimbaud en suivant l’ordre chronologique. Dès ses premiers poèmes en vers, la beauté et l’amour sont définis comme deux valeurs principales du corps, alors que Rimbaud n’hésite pas à fouiller la réalité du corps laid et grotesque placé sous le joug de la morale religieuse et bourgeoise. Il découvre ainsi la force subversive dans la violence de l’énergie physique. Le lien entre sa poétiquedu corps et la religion chrétienne se manifeste dans la richesse poétique de la figure de Jésus, être ambivalent, à la fois spirituel et physique, ainsi que dans la redécouverte de la réalité sensuelle à travers le parcours métaphysique à rebours des valeurs chrétiennes dans Une saison en enfer. Dans les Illuminations, le corps est fragmenté et libéré de la raison par la passion amoureuse pour renaître, même si cet état frénétique de renaissance n’est pas éternel.

  • Titre traduit

    The body in the Rimbaud’s poetics


  • Résumé

    The present study aims at clarifying the meaning of the body in Rimbaud’s works through his spiritual battle against Christianity. His method to become poet, "the derangement of all senses" and the affluence of descriptions and evocations of the body demonstrate the importance of the body in his poetry. Few studies analyze the theme of the body in relation to Christian morality. The description of the body is an essential way for Rimbaud to express his revolt against the Catholic religion. This work first examines the idea of the body according to religiousmorality during Rimbaud’s era through documents on religious education. It then analyses the texts of Rimbaud in chronological order. From his earliest poems, beauty and love are defined as two main values of the body, while Rimbaud does not hesitate to explore the reality of the body under the restraint of religious and bourgeois morality. He discovers the subversive force in the violence of physical energy. The link between his poetic of the body and the Christian religion is also proved by the poetic richness of the figure of Jesus in his works, his ambivalentexistence, both spiritual and physical, as well as the rediscovery of a sensual reality in the metaphysical journey against Christian values in A Season in Hell. In the Illuminations, the body is fragmented and liberated from the reason by the passion of love, to reborn, although this frenetic time of rebirth does not last forever.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.