L'amitié chez Cicéron, entre un concept philosophique et une notion sociale

par Iddo Shvueli

Thèse de doctorat en Études latines

Sous la direction de Carlos Lévy et de Benjamin Henri Isaac.

Soutenue le 12-05-2014

à Paris 4 en cotutelle avec Tel-Aviv university , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) .

Le président du jury était Alessandro Garcea.

Le jury était composé de Carlos Lévy, Benjamin Henri Isaac, Maren R. Niehoff, Jonathan J. Price, David M. Schaps.


  • Résumé

    L'hypothèse de cette recherche est qu'une amitié privée et subjective (APS) existe nécessairement dans toute société puisqu'elle fait partie de l'homme de façon inhérente, un être essentiellement social, communicatif et affectif. Notre tâche consistait à découvrir ses signes linguistiques et ses marques pratiques chez Cicéron. Cette étude a porté les conclusions suivantes: linguistiquement, il n'existe pas de terme qui indique un rapport du genre APS chez Cicéron. Dans la philosophie, l'examen des thèmes principaux qui sous-tendent le concept de l'amitié indique que l'amicitia cicéronienne est déterminée par les conceptions sociales et éthiques de la Stoa. Par ailleurs, elle est entièrement ancrée dans la zone publique. Quant à la notion de l'amitié et ses mots corolaires, nous démontrons que l'expression de l''amicitia' est absolument socio-politique.En revanche, la pauvreté linguistique est contrecarrée par la richesse des indications des pratiques de l'APS. Le mot 'privatus' ne renvoie pas chez Cicéron à l'idée du 'privé' telle que nous l'avons déterminée. Au sens figuré, une sphère privée est crée par des moyens d'exclusion dans la correspondance, où l'on note également l'existence d'une communication intersubjective, notamment avec Atticus. Contrairement à la théorie des 'quatre personae', relativement pauvre en matière d'individualité et de subjectivité profonde, le lien avec cet ami est spécial, rempli des marques ostensibles d'intersubjectivité: la connaissance corporelle et spirituelle de l'autre en tant que sujet unique, l'affection intense et le soutient loyal à son égard en tant que tel.

  • Titre traduit

    Friendship in Cicero, between a Philosophical Concept and a Social Notion


  • Résumé

    The hypothesis of this research is that a private and subjective friendship (PSF in English, APS in French) necessarily exists in any society since it constitutes an inherent part of any individual qua a socio-affective and communicative being. The principal task of this research was to discover its linguistic signs and manifestations of its practices in Cicero. The conclusions of the study concerning the capital questions mentioned are the following: linguistically, there is no term which indicates a PSF relationship in Cicero. In his philosophy, the examination of the principal terms fundamental for the concept of 'friendship', indicates that Ciceronian 'amicitia' is determined by social and ethical conceptions of the Stoa. In addition, it is entirely ancored in the public sphere. In regards to the 'notion of friendship' and its corollary words, the expression 'amicitia' seems to be absolutely socio-politica.On the other hand, the linguistic pauverty is counterbalanced by the richness of indications affirming the existence of practices of PSF. The word 'privatus' in Cicero does not evoke the idea of the 'private sphere' as we had determined it. In a figurative sense, a private zone is created by means of exclusion in the correspondance, where one observes the existence of an intersubjective communication, notable with Atticus. Contrary to the theory of the 'four personae', which signals a relatively poor individual and subjective conception, the actual rapport with this particular friend is special, full of indications prooving intersubjectivity: corporal and spiritual recognition of the other as a unique subject, intense mutual affection and loyal support.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.