Warhol et le pop art : entre ambivalences instables et duels des contraires

par Rochdi Guyodo

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jacqueline Lichtenstein.

Soutenue le 18-06-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Métaphysique, histoires, transformation, actualité (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Le grand projet à l’origine de la réalisation de cette thèse est de proposer une nouvelle manière de comprendre la nature instable et décloisonnée du pop art, ce courant pictural presque sorti de l’histoire de l’art pour s’ériger en signe diffus de la culture populaire.Les enjeux plus conceptuels, qu’il dissimule derrière une imagerie devenue familière, sont pourtant d’une importance capitale pour la reconfiguration de la définition contemporaine de l’œuvre d’art. Toujours entre surface et profondeur, l’image pop se développe insidieusement.Le concept de « coïncidence des opposés », hérité d’une tradition théologico-philosophique dont Nicolas De Cues est le dépositaire le plus illustre, nous servira d’outil opératoire pour tenter de comprendre les implications sémantiques liées à la nature glissante de cet espace artistique aux contours flous. L’instabilité de ses frontières s’exprime d’abord par la proximité entre « art » et « non-art ». Elle s’illustre ensuite et surtout par le développement d’une multitude de microstructures internes reproduisant le même schéma conceptuel de « coïncidence des opposés ». Nous utiliserons alors, pour faciliter notre approche philosophique le concept d’ « ambivalences instables ».Trois grands moments jalonneront notre enquête. Ils seront synthétisés par les trois notions suivantes : « le paradoxe de la destruction créatrice », « la littéralité anti-littérale », et « la désacralisation hyper-sacralisée ».

  • Titre traduit

    Warhol and pop art : between unstable ambivalences and opposite duels


  • Résumé

    The aim of this PhD project is to propose a new way of understanding the profoundly unstable and essentially decompartmentalized nature of pop art, this pictorial stream which is almost going beyond the scope of art history to elevate itself to be a vague symbol of popular culture.However, its familiar image hides more conceptual matters of dispute which are of crucial importance when it comes to reconfiguring the contemporary definition of a work of art. Always between surface and depth, pop imagery is developing insidiously.The “coincidence of opposites” concept, inherited from a theological-philosophical tradition, with Nicolas De Cues as its most famous depositary, will be used as an operating tool in our attempt to understand the semantic implications bound to the changing nature of this artistic space, the limits of which are still clearly blurry. This fuzziness of its frontiers appears first and foremost through the proximity between “art” and “non-art”, and then, most of all, through the development of a multitude of internal microstructures mimicking the pattern of the “coincidence of opposites” concept. In order to facilitate the philosophical flexibility of our approach, we will therefore use the concept of “unstable ambivalences”. Three milestones mark our investigation. They are summarized by the three following notions: “the creative destruction paradox”,”anti-literal literalism” and ”hyper-sacralized desecration”.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.