L’art de la Serrurerie en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles

par Carine jeanne Desrondiers

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Marianne Grivel.

Soutenue le 17-05-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) .


  • Résumé

    L’art de la Serrurerie en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles met en lumière l’art du fer forgé, un domaine des arts décoratifs aux confluents de ceux de l’architecture, du mobilier et de l’ornement, devenu, au fil du temps, la « Cendrillon des arts ». Les recherches en archives et les enquêtes sur le terrain inédites ont été menées sur les cinq diocèses (Finistère, Côtes-d’Armor, Morbihan, Ille-et-Vilaine et Loire-Atlantique) qui composent la province de Bretagne avant la Révolution et ont donné lieu à une synthèse historique et artistique développée sur trois axes. La première partie analyse le cadre d’origine et l’évolution des communautés de serruriers en Bretagne à partir de l’étude des chartes et des statuts et de leur application. La deuxième partie s’intéresse à la connaissance de l’individu-serrurier dans son environnement socio-familial, mais également à travers sa formation artisanale et les étapes marquantes de sa vie professionnelle (apprentissage, compagnonnage et maîtrise). La troisième partie examine les commanditaires, le processus de la commande et la production des œuvres – clef, serrure, grille, heurtoir, balcon, rampe…- depuis l’atelier jusqu’aux édifices bretons où certaines d’entre elles demeurent encore. Le catalogue des œuvres ainsi que le dictionnaire biographique (1200 notices) illustrent et proposent des outils documentaires complémentaires à l’étude sociale et culturelle ainsi qu’à l’histoire du goût afin de contribuer à la redécouverte des serruriers bretons tout autant que de leurs œuvres pendant une période considérée, en France, comme l’âge d’or du fer forgé.

  • Titre traduit

    Ironwork and locksmiths in Britany in the 17th and 18 th centuries


  • Résumé

    The Art of Locksmithery in Britany in the 17th and 18th centuries highlights the art of iron forged – a section of the decorative arts in between architecture, furniture design and ornament that has become the “Cinderella of arts” over the ages.Records based research and on-site investigations were conducted in five dioceses - Finistère, Côtes-d’Armor, Morbihan, Ille-et-Vilaine and Loire-Atlantique, which Britany included before the French Revolution- and resulted in a synthetic essay about history and art. The first part analyses the original background and the evolution of the community of locksmiths in Britany from the study of charters, statuses and their application. The second part presents individual locksmiths in their social and family environment as well as through their training as craftsmen with the main steps of their professional life – apprenticeship, companionship and mastering. The third part deals with the contractors, the ordering process and the creation of pieces of work - key, lock, knocker, grille, balcony, bracket, lectern... - from the workshop to the Breton buildings, a few of which still feature some of those creations.The works catalogue and the biographical dictionary (1200 entries) illustrate and offer other documenting tools for further social and cultural studies and knowledge of design history in order to contribute to the rediscovery of Breton locksmiths and their works over a period regarded as the French golden age of ironwork.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 30-09-2017

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.