La relation entre ironie et mélancolie chez les voyageurs français en Sicile au cours de la première moitié du XIXe siècle.

par Giuseppina Tardanico

Thèse de doctorat en Littérature française / Francesistica

Sous la direction de François Moureau et de Maria Cristina Marchetti.

Le jury était composé de Alain Guyot, Yannick Preumont.


  • Résumé

    Cette thèse analyse la relation entre l’ironie et la mélancolie à partir d’un corpus d’œuvres de voyageurs français en Sicile. Ce corpus est constitué de récits de voyage disposant de caractéristiques communes : Lettres sur la Sicile écrites pendant l’été de 1805 du marquis de Foresta, Souvenirs de la Sicile du comte de Forbin, Un tour en Sicile du baron de Nervo, Vingt jours en Sicile du comte de Marcellus et Mes souvenirs de bonheur ou neuf mois en Italie de Paul de Julvécourt. Chez ce dernier, la Sicile n’apparaît que dans les lettres XII à XXXVII.Articulé en trois parties, ce travail cherche à montrer l’étroite relation qui existe entre l’ironie et la mélancolie dans les récits choisis. Notre étude porte tout d’abord sur la description de l’espace naturel et sur la façon dont l’ironie intègre les paysages mélancoliques. Puis, l’analyse se concentre sur l’enchevêtrement de ces deux concepts dans la description des fragments : ainsi, les fragments des villes en ruine se reflètent dans l’écriture fragmentaire. Enfin, notre travail aborde la mise en scène de l’écrivain et de l’« Autre » rencontré pendant son parcours. Le rire, suscité par la théâtralité du Sicilien, recouvre un arrière-plan mélancolique.

  • Titre traduit

    The relationship between irony and melancholy of French travelers in Sicily in the first half part of nineteenth century


  • Résumé

    As regards the main theme of this thesis, it deals with the relationship between irony and melancholy inside a Corpus of French travelers in Sicily. This Corpus has been selected according the mutual presence of common elements ; the corpus is composed of the following short stories of which the authors are considered to be Romantic: Lettres sur la Sicile écrites pendant l’été de 1805 of the Marquise of Foresta, Souvenirs de la Sicile of the Count of Forbin, Un tour en Sicile of the Baron of Nervo, Vingt jours en Sicile of the Count of Marcellus and Mes souvenirs de bonheur ou neuf mois en Italie of Paul of Julvécourt.In this last tale the presence of Sicily is highly vivid from XXII Letter up to XXXVIII Letter.The main purpose of this thesis,which is organized into three parts,it is to demonstrate the existence strong link between irony and melancholy in the chosen short stories. Firstly the analysis is focused on the description of natural space and on Irony and how it can be connected to this melancholic landscapes. Secondly the analysis is based on the connection and the interlacement between both the concepts of melancholy and irony,throughout the description of the fragments of the cities.The fragmentary aspect of old ruines is vividly reflected in the style of writing which appears disconnected and fragmentary like the landscapes described. Finally the attention is focused on the writer’s ideal drama and on his role in the play with the ‘Other’ who has been met during the journey. Behind the comic laugh that comes from the theatricality of Sicilians,it can be noticed a melancholic background hidden.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.