Fortune, Providence et liberté : une lecture augustinienne du cycle arthurien en prose

par Servane Michel

Thèse de doctorat en Littérature médiévale

Sous la direction de Dominique Boutet.

Soutenue le 15-03-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Etude et édition de textes médiévaux (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    L'histoire arthurienne, dans le cycle en prose, s'étend de manière linéaire et eschatologique depuis les temps évangéliques jusqu'à la fin du royaume d'Arthur. En reliant ainsi les temps contemporains à ceux de l'Histoire sainte – notamment grâce au motif du Graal – le roman revendique une autorité prophétique qui peut être interprétée à la lumière de La Cité de Dieu : Augustin y mène une lecture exégétique tant des Écritures saintes que de l'histoire profane, cherchant à manifester le dessein salvifique de la Providence. Et c'est bien sur la question du salut que se clôt le cycle puisque, après la chute d'Arthur et la destruction de la chevalerie, le dernier mot du roman revient à la conversion : le salut final de Lancelot fait suite à celui de Gauvain. Le sort ultime des deux plus grands héros de la chevalerie invite à lire La Mort Artu comme une apocalypse non seulement au sens de châtiment – celui du monde arthurien, condamné dans La Queste comme trop terrien – mais aussi comme une révélation : l'héroïsme profane rejoint l'objet ultime du désir chrétien. La présence de Fortune peut être considérée en ce sens : le dernier roman du cycle lui confie le soin d'exprimer le scandale du malheur et en fait un autre relais, avec l'aventure ou la mescheance, du langage de la foi. C'est certes trahir l'héritage d'Augustin, qui bannissait de toute bouche chrétienne Fortune et ses avatars, pour incompatibilité avec la foi dans la Providence. Mais cette même foi est en réalité affirmée dans un langage proprement romanesque, qui assume ainsi le tragique de l'existence humaine – pour le transformer dans le sursaut ultime de la foi ou le laisser au seul horizon de la cité terrestre.

  • Titre traduit

    Fortune, Providence and liberty : an Augustinian reading of the Arthurian Prose Cycle


  • Résumé

    Arthurian history is eschatological : the prose cycle drive it from evangelical times to the end of king Arthur's reign. With the Grail theme, narratives links their contemporary world straight to Sacred History and claims for a kind of prophetical authority. This scheme may be interpreted according to The City of God, where Augustine reads both Scripture and profane history. Through his exegesis he intends to show the action of providence and the process of salvation in human history. The prose romances themselves end in salvation : after King Arthur's fall and the destruction of chivalry, the last word is given to conversion – Lancelot's soul is taken to Paradise, after Gawain's one. For those excellent knights La Mort Artu should be read as an apocalypse, not only in the sense of punishment – La Queste had condemned the Arthurian world as « terrien » – but also as a "revelation" : profane heroism is identified to the highest Christian desire. The well-known presence of Fortune in La Mort Artu takes another sense : in personal or collective calamities, this character points out either the moral scandal or the irrational aspect of their causes. With Fortune, aventure and mescheance also relay Christian language to narrate the unexplainable. Prose romances betray Augustine's precepts : The City of God forbade the use of Fortune or similar terms that contradict the Christian faith. But in Arthurian romances providentialism is nonetheless present and proclaimed. In that "Age of Faith", the proper language of romance expresses the tragical aspects of human existence, and either lead to an eternal destiny, in the act of faith, or stay in the horizon of the terrestrial city.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.