« Forgier fins besans » Le Songe du Vieil Pelerin de Philippe de Mézières (1389) : projet sotériologique et pouvoir de l’écriture à la fin du XIVème siècle

par Alessia Marchiori

Thèse de doctorat en Histoire médiévale / littérature française

Sous la direction de Jacqueline Cerquiglini-Toulet et de Anna Maria Babbi.

Soutenue le 28-03-2014

à Paris 4 en cotutelle avec l'Université de Vérone (Italie) , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Etude et édition de textes médiévaux (laboratoire) .

Le jury était composé de Fabrizio Cigni, Claudio Galderisi.


  • Résumé

    Dans cette thèse nous voudrions mener une étude approfondie sur le Songe du Vieil Pelerin (1389) de Philippe de Mézières concernant la structure complexe de ce voyage allégorique-didactique, ses facteurs de cohérence et cohésion qui font son principe d’unité, l’utilisation de certaines sources ainsi que sa réception auprès du public. Notre but est de mieux éclairer le procès de construction de ce texte, la posture de l’auteur et la place du Songe dans le contexte littéraire de la fin du XIVème siècle. Notre étude commence par une analyse détaillée du prologue. C’est là que Philippe de Mézières fournit les clés de lecture de son œuvre et qu’il met en place la réflexion sur le problème de la vérité: vérité spirituelle, morale ou encore verbale, et donc liée à un modèle rhétorique précis, enfin vérité de l’œuvre, de contenus qui y sont véhiculés et authenticité de l’écriture. Ce problème constitue un fil rouge qui traverse tout l’itinéraire accompli par le pèlerin, dans le récit, ainsi que les parenthèses didactiques ou digressives qui le parsèment, comme nous essayons de montrer dans la partie centrale de notre étude.Enfin, nous choisissons deux canaux langagiers bien définis et privilégiés dans le tissu discursif et narratif du Songe, la polémique et la pénitence, pour analyser plus en détail comment le modèle rhétorique proposé par l’auteur peut être le premier pas vers la voie d’un renouvellement social et spirituel.

  • Titre traduit

    « Forgier fins besans ». Philippe de Mézières’ Songe du Vieil Pelerin (1389) : a soteriological undertaking for the power of writing at the close of the 14th century


  • Résumé

    This research presents a thorough study on the Songe du Vieil Pelerin focused on four aspects: the complex structure of the allegorical-didactic journey described by Philippe de Mezieres; the internal coherence and cohesion that contribute to the unity of the text; the use of sources and the critical reception by Mezieres' contemporaries. From a general standpoint, the main goal of this research is to clarify the inner workings of Mezieres' creative endeavour, in order to better understand the place of the Songe in the literary context of the late fourteenth century. The research begins with a detailed analysis of the prologue, where Mezieres provides the keys to understand his work and organizes its reasoning on the problem of truth, distinguishing between a spiritual, moral, and verbal truth. This analysis marks the way of the pilgrim – the Songe main character – throughout Mezieres' work, both in the story and in the frequent didactical digressions. When the pilgrim's path ends, the rethorical model that underlies the entire work is explained with the help of the concepts of polémique and pénitence, to show how Mezieres conceives his work as a first step in the way of a social and spiritual renewal.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.