Les fontaines monumentales en Afrique romaine

par Nicolas Lamare

Thèse de doctorat en Histoire de l’Art et Archéologie – Théorie et pratique de l’archéologie

Sous la direction de François Baratte.

Soutenue le 13-03-2014

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) , en partenariat avec Orient et Méditerranée (Ivry-sur Seine, Val de Marne) (laboratoire) .


  • Résumé

    Cette étude porte sur les fontaines monumentales ou nymphées dans les provinces de l’Afrique du Nord à l’époque romaine, sur une période allant du Ier au IVe siècle ap. J.‑C. Nous avons constitué un catalogue des monuments et un corpus épigraphique, à partir de sources bibliographiques et archéologiques recueillies par un travail de terrain. Après avoir rappelé l’histoire des recherches sur l’hydraulique de l’Afrique antique, nous étudions en détail les aspects techniques et architecturaux des fontaines monumentales. Nous proposons une synthèse sur les techniques de construction et le fonctionnement hydraulique, mais également sur la restitution architecturale et du décor sculpté, à l’aide de sources littéraires et iconographiques. Sans proposer de typologie, nous étudions les fontaines dans leur contexte, au sein de la ville et du réseau hydraulique. Nous mettons ainsi en avant l’insertion des fontaines dans la ville et le lien qu’elles entretiennent avec la mise en place des adductions et les programmes urbanistiques. Ces observations rendent possible une étude de la répartition des fontaines dans l’espace urbain et de son impact, décoratif et fonctionnel. L’étude des inscriptions nous permet de mieux envisager le fonctionnement de l’évergétisme, le comportement de la cité et des notables face à ces édifices. Elle est aussi l’occasion de revenir sur les problèmes de vocabulaire qui impliquent une réflexion sur l’appellation des édifices et leur fonction religieuse.

  • Titre traduit

    Monumental Fountains in Roman North Africa


  • Résumé

    This thesis deals with monumental fountains or nymphaea in the Roman North Africa provinces from the 1st to the 4th century CE. We have made up a catalogue of the monuments and inscriptions, composed from bibliographical and archaeological sources compiled on-site. We first sum up the history of research on hydraulics in ancient North Africa and then we study in detail the technical and architectural aspects of monumental fountains. We offer a synthesis on building techniques and hydraulic system as well as architectural and ornamental reconstruction with the help of literary and iconographic sources. Avoiding to establish a typology, we contextualise the fountains both within the city and the hydraulic network. Thus we put forward the insertion of fountains in the city and their link with the founding of a new water supply or town-planning programmes. These observations make possible a study of how the fountains were spread out in the urban space and to what extent it had a decorative and functional impact. By studying inscriptions, we may better understand how euergetism worked, just as the behaviour of cities and notables faced with these monuments. We may also go back to questions of vocabulary which imply to think about the appellation of fountains and their religious function.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.