Genèse de l’attitude théorétique. Rôle et fonction de l’idee de science chez Husserl et Heidegger

par Marco Petruccioli

Thèse de doctorat en Histoire de la philosophie

Sous la direction de Jean-François Courtine et de Giovanni Invitto.

Soutenue le 10-01-2014

à Paris 4 en cotutelle avec l'Università del Salento (Italie) , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Métaphysique, histoires, transformation, actualité (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Pierre Rodrigo.

Le jury était composé de Jean-François Courtine, Giovanni Invitto, Giusi Strummiello.

Les rapporteurs étaient Pierre Rodrigo, Giusi Strummiello.


  • Résumé

    Le but de ce travail est de jeter une lumière nouvelle sur le rôle et la fonction de l’idée de science au sein de la réflexion phénoménologique, et en particulier chez deux auteurs majeurs, Husserl et Heidegger. D’un côté, l’idée de science relève pour ainsi dire d’une tendance « centrifuge » qui oblige la phénoménologie à regarder en direction des sciences déjà constituées, de l’autre côté, cette même idée relève au contraire d’une tendance « centripète », qui impose à la phénoménologie la tâche de son auto-problématisation.Chez Husserl comme chez Heidegger le développement de cette tension prend, toute proportion gardée, la forme d’une analyse concernant l’attitude « scientifico-théorétique ». Ici, l’objectivité visée n’est mise en question qu’à partir du problème de sa genèse. La question de l’origine de la science indique que le lieu de naissance de l’attitude scientifico-théorique réside de fait dans la dimension prethéorétique : donc la question de la science n’est qu’une question sur la genèse de la science. Et l’analyse génétique ne peut que renvoyer à la dimension prethéorétique, conçue celle-ci comme le lieu d’origine du theorein. Voilà pourquoi la Rückfrage, ou « question en retour », en direction du lieu de naissance, marque le détour nécessaire grâce auquel la dimension prethéorétique de la science se laisse enfin découvrir. A travers une lecture des oeuvres majeures de Husserl et Heidegger, ce travaille vise à élucider les modalités de la naissance et la genèse de l’attitude théorétique, en utilisant les instruments critiques donnés dans les analyses de M. Merleau-Ponty et J. Derrida.

  • Titre traduit

    Genesis of the theoretical attitude. Role and function of the science idea in Husserl and Heidegger


  • Résumé

    The purpose of this research project is to point out the role and the function of the idea of science within the phenomenological reflection, and in particular among its two major spokespersons: E. Husserl and M. Heidegger. The idea of science indeed leads phenomenology on the one hand to criticize and to put in discussion existing sciences and, on the other hand, to debate the same philosophical environment. A tension therefore that recurs time after time within an individual argumentative context, a tension that never finds a way to direct itself to a specific thematic attention; this problematic field appears indeed as a tension between positive and philosophical methodology, theoretical and natural dimension, theory and praxis, ideal and historical forms: a tension that anyway cannot be sorted out by virtue of the supremacy of a simple pole on the other, but that continues to persist and modify itself within the opposition of the same elements.Thanks to an examination of some Husserl’s and Heidegger’s greatest works, this research tries to discuss the genetic modes of theoretical scientific attitude, reason why it takes advantages of some M. Merleau-Ponty’s and J. Derrida’s critical reflections.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.