Romain Gary écrivain politique

par Kerwin Spire

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jeanyves Guérin.

Le président du jury était Jacques Lecarme.

Le jury était composé de Jeanyves Guérin, Jacques Lecarme, Denis Labouret, Anne Simon.


  • Résumé

    L’œuvre romanesque de Romain Gary est un écho du XXe siècle. Des périls de l’histoire, l’écrivain n’en ignore aucun. La Seconde Guerre mondiale forge sa conscience morale ; elle est la source de son gaullisme, basé sur un idéal de l’Homme, auquel il demeure fidèle. Mais au-delà de cette matrice, les années d’après-guerre façonnent également sa pensée. Car ses carrières diplomatique et littéraire n’ont pas été dissymétriques. Des quinze années passées au Quai d’Orsay, nombre de ses romans sont directement inspirés. La diplomatie révèle donc la topographie de la pensée de l’écrivain, qui ne résulte pas seulement du traumatisme de la Shoah et de la fraternité de la Résistance, mais est également forgée en réaction au totalitarisme soviétique et à la résurgence des nationalismes. Explorer sa carrière diplomatique, c’est aller aux sources de son œuvre romanesque, déceler dans l’événement le matériau de la fiction. Romain Gary a donc doublement composé avec l’histoire immédiate, cherchant à en comprendre les déterminants – c’est le travail du diplomate – et à en dépeindre les effets – c’est l’œuvre de l’écrivain. Dès lors, le roman apparaît comme le palimpseste de la dépêche. Et c’est en démêlant cet écheveau, entre diplomatie et littérature, histoire et fiction, que sa pensée politique apparaît avec le plus de clarté, de complexité aussi, et de nuances : en tirant ce fil, son œuvre romanesque démontre son unité et sa cohérence tant vis-à-vis des événements historiques que des positions de l’homme.

  • Titre traduit

    Romain Gary : man of letters and politics


  • Résumé

    The novels of Romain Gary echo the events of the 20th Century. None of the great crises of the period is ignored by the author. Gary’s moral conscience was forged by the Second World War and it led him to a philosophy of Gaullism based on a human ideal, to which he always remained faithful. But beyond this matrix the post-war years also shaped his thinking. His diplomatic and literary careers follow a symmetrical path. His fifteen years working for the French Foreign Ministry were the direct inspiration for several of his novels. It is diplomacy which reveals the writer’s intellectual topography. This was not just a product of the trauma of the Shoah and the fraternity of the resistance but was also forged in reaction to Soviet totalitarianism and the resurgence of nationalisms. To explore his diplomatic career is to discover the sources of his novels, to reveal the factual basis of his fiction. Romain Gary made a double usage of contemporary events, first as a diplomat intent on understanding underlying causes, second as a writer painting a picture of the effects. Thus the novel can be seen as a palimpsest, a reworking of the diplomat’s despatch. As this skein is untangled, as diplomacy and literature, history and fiction are teased apart, Gary’s political thinking is revealed in the greatest clarity, complexity, and nuance. As the thread is drawn out, Gary’s novels demonstrate a unity and a coherence both with regard to historical events and to his own personal convictions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.