Pavese face à Nietzsche. Physiologie d'une "métaphysique d'artiste"

par Francesca Belviso

Thèse de doctorat en Études italiennes

Sous la direction de Denis Ferraris et de Michel Paoli.

Le président du jury était Bernard Michel.

Le jury était composé de Denis Ferraris, Michel Paoli, Bernard Michel, Gianni Venturi, Lorenzo Vinciguerra.


  • Résumé

    Notre thèse est une investigation destinée à repérer les traces de la lecture assidue de Nietzsche dans la constitution du parcours théorique et existentiel de Cesare Pavese. Notre recherche se développe à partir d’une question préalable : la lecture et la traduction de l’un des ouvrage phare du national-socialisme et du fascisme italien, Der Wille zur Macht, par l’une des jeunes pousses de la génération antifasciste comme Pavese, seraient-elles les facettes d’un seul prisme appelé “européisme” ? En effet, aborder la problématique de l’influence du philosophe allemand sur l’un des écrivains majeurs du XXe siècle semblerait porter atteinte à l’image édulcorée qu’une partie de la littérature critique a dessinée autour du concept de militantisme culturel turinois. Face à la découverte des traductions de l’allemand réalisées par Pavese au tournant des années ’40-’45, il serait concevable de dessiner une courbe allant d’une forme de rejet officiel à l’égard de l’auteur de Der Wille zur Macht à une forme d’inavouable filiation.Entre l’interprétation historique du militantisme culturel turinois et la vision donnée de l’intérieur par l’un de ses plus insignes représentants, cette thèse se propose de mieux cerner une page encore peu connue de l’histoire culturelle italienne, notamment concernant la réception de Nietzsche. Les notions mêmes de militantisme culturel et d’européisme pourront être nuancées et mieux éclairées grâce à l’analyse approfondie de sources d’archives inédites n’ayant pas encore fait l’objet d’une exploitation systématique.

  • Titre traduit

    Pavese in front of Nietzsche. Physiology of a « metaphysics of art »


  • Résumé

    Our thesis is an investigation intending to spot the traces of the reading of Nietzsche on the constitution of Cesare Pavese’s theoretical and existential path.This research develops from a preliminary question : for a young representative of anti-fascist generation, as Cesare Pavese was, to read and to translate Der Willezur Macht, one of the main nazi-fascist work, could be the facets of a same prismcalled «europeanism» ? Indeed, to approach the problematics of the nietzscheaninfluence on one of the 20th Century most relevant writers could hurt the embellished image that a large part of literary critic has drawn around theTurineses cultural militancy concept. Faced with the discovery of translations from German made by Pavese in the turning years 1940-1945, it would be conceivable to draw a sort of curve concerning Der Wille zur Macht, going from the official refusal to the unavowable filiation. Between historical interpretation of Turineses cultural militancy and a view from the inside given by one of its distinguished representatives, this thesis intends better discern a still remaining obscure page of Italian cultural history, especially in relation with the reception of Nietzsche. Even the notion of cultural militancy and Europeanism will be better nuanced and enlightened by the deep analyse of unpublished sources from systematically unexploited archive.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.