Figures de l'extase. Une esthétique des limites de la représentation filmique de Serguei M. Eisenstein à Orson Welles

par Massimo Olivero

Thèse de doctorat en Études cinématographiques

Sous la direction de Jean-Loup Bourget.

Soutenue le 18-10-2014

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Antonio Somaini.

Le jury était composé de Jean-Loup Bourget, Antonio Somaini, Dominique Chateau, Laurence Schifano.


  • Résumé

    Ce travail se propose d'interroger le problème des limites de la représentation du cinéma de l'âge classique (1920-1960) à partir de l'esthétique organique-pathétique conçue par Sergueï Eisenstein dans la Non-Indifférente Nature, qu'il nomme « formule de l'extase ». Après avoir montré l'existence d'une double nature de l'extase chez Eisenstein (en même temps eidétique et régressive), ce travail montre les analogies de cette formule avec la mise en forme de l'excès de pathos (thématique et formel) dans l’œuvre de trois cinéastes hollywoodiens, King Vidor, Josef von Sternberg et Orson Welles.

  • Titre traduit

    Figures of Ecstasy. An Aesthetics of the Limits of Cinematic Representation, from Sergei Eisenstein to Orson Welles


  • Résumé

    This piece of work aims to inquire the topic of the limits of representation in the cinema of classical era (1920-1960) on the basis of the organic-pathetic esthetics conceived by Sergei Eisenstein in The Nonindifferent nature, which he names “formula of ecstasy”. After having shown the existence of a double (that is, eidetic and regressive at the same time) nature of ecstasy in Eisenstein, this piece of work will focus on the analogies between this formula and the shaping of the excess of (thematic and formal) pathos in the works by three Hollywood filmmakers: King Vidor, Josef von Sternberg and Orson Welles.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.