L'écriture du surnaturel dans les oeuvres romanesques de Daniel Defoe

par Rim Chelly

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Suzy Halimi.

Le président du jury était Anne Bandry-Scubbi.

Le jury était composé de Suzy Halimi, Anne Bandry-Scubbi, Jeffrey Hopes, Jean-Pierre Naugrette.


  • Résumé

    Notion vaste, vague, ambigüe, le surnaturel est un thème très présent dans les écrits de Daniel Defoe. Il est mis en question, voire évacué par la raison au siècle des Lumières. Defoe quant à lui, adopte une argumentation empirique pour défendre l’existence du surnaturel contre l’athéisme. A travers les sens, les composantes de son monde surnaturel comme peste, tempête, fantôme, Dieu et diable se manifestent. Cette écriture sensible le rend crédible. Le surnaturel apparaît aussi à travers les personnages. Leur relationnel est parfois caractérisé par la diabolisation de l’autre. Durant leur parcours, les héros vivent un déchirement entre le bien et le mal, entre Dieu et diable. Defoe souligne à travers son exploration de leur psychologie un surnaturel trompeur produit de la mélancolie, de la folie. Mais le surnaturel est aussi un ingrédient littéraire attrayant qui répond à une réalité du marché du livre. Defoe utilise l’autobiographie s’alliant l’éditeur et le lecteur pour tisser le vraisemblable et conférer crédibilité au surnaturel. Le romancier fait du temps et de l’espace un vecteur d’évaluation face au surnaturel mais ils ancrent aussi le monde invisible dans le réel. L’usage des sens permet de créer une esthétique du surnaturel qui révèle des émotions proches de « l’âme sensible ». De plus, la diversité des styles d’écriture complique la tâche de l’identification générique quant au surnaturel. Celui-ci se positionne ainsi entre l’apologétique qui le présente sous des aspects vraisemblables et le romanesque qui l’introduit dans une esthétique de l’étrange. Cette ambivalence fait de Defoe un précurseur, dont la postérité met en relief le modernisme.

  • Titre traduit

    The Writing of the supernatural in the novelistic works of Daniel Defoe


  • Résumé

    A vast, vague and an ambiguous notion, the supernatural is an omnipresent theme in the writings of Daniel Defoe. The supernatural is questioned and even erased by reason in the age of the Enlightenment. Defoe adopts an empirical argumentation to defend the existence of the supernatural against atheism. He reveals the elements of his supernatural world such as the plague, storm, ghost, God and devil through the senses. Defoe’s writing style based on senses makes the supernatural credible. The supernatural is also made manifest through characters. Their relationship is sometimes characterized by the demonization of one another. Besides, during their life, characters balance between good and evil, between God and devil. Through the exploration of their psychology, Defoe shows an imaginary supernatural, a product of melancholy and madness. The supernatural is also an attractive literary ingredient which answers to a book trade reality. Defoe uses the form of autobiography making the editor and the reader his allies to build up the plausibility of his work and make the supernatural credible. Time and space are employed by the novelist as means, of self-evaluation for his characters vis-à-vis of the supernatural; at the same time, they anchor the invisible in reality. The use of senses helps to create an aesthetic style of the supernatural which reveals emotions close to “Sensitive Soul”. Furthermore, the diverse styles make it difficult to define the literary genre of the supernatural. It is half-way between the apologetic which presents it as plausible and the fictional which introduces it in an aesthetic style of the strange. This ambivalence makes Defoe a pioneer of the novel whose posterity highlights his modernism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.