Le vivant dans l'art : un questionnement renouvelé par l'essor des nouvelles technologies.

par Camille Prunet

Thèse de doctorat en Esthétique et sciences de l'art

Sous la direction de Bruno-Nassim Aboudrar.

Soutenue le 19-06-2014

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Institut de recherche sur le cinéma et l'audiovisuel (Paris) (équipe de recherche) et de Institut de Recherche sur le Cinéma et l'Audiovisuel / IRCAV (laboratoire) .


  • Résumé

    L’intérêt des artistes pour les biotechnologies remonte aux années 1990. De nombreux travaux universitaires se sont penchés depuis sur ces interactions entre art et biotechnologie. En regardant de plus près les œuvres conçues à l’aide des biotechnologies, on s’aperçoit de leur importance dans l’œuvre. Comment l’utilisation des nouvelles technologies révèle-t-elle une évolution de l'appréhension artistique du vivant ? Ouvrir la réflexion au vivant, c’est-à-dire êtres humains, animaux et végétaux, permet de rendre compte d’une tentative de dépasser l’anthropocentrisme, tout en soulignant la dépendance des autres vivants envers l’espèce humaine. Les œuvres sont autant de scénarios qui, s’ils ne sont pas nécessairement pertinents sur le plan scientifique, permettent d’évoquer les enjeux des avancées technologiques. L’envie de dépasser les limites humaines, les rêves d’hybridation entre humain et machine, et le refus de la mort viennent alimenter l’imaginaire artistique. A travers une sélection d'œuvres d'Art Orienté objet, de Wim Delvoye, d’Eduardo Kac, d’ORLAN, et de Stelarc, trois grandes thématiques structurent cette réflexion : la mort (et la vie), le sexe et l'hybridation. Les œuvres y sont analysées sur le plan formel, matériel, et conceptuel. Les éléments d’analyse soulignent l'importance des notions de flux, de médium, et de reproduction dans l'interaction entre art et biotechnologie. L’hybridation des connaissances, des matériaux, des pratiques, des formes, visible dans les œuvres, participe-t-elle à une nouvelle vision de l’être vivant ?

  • Titre traduit

    The living in art : a questioning renewed by new technologies


  • Résumé

    Artists's interests in biotechnologies date back from the 90's. Since then, numerous academic works focused on these interactions between art and biotechnology. By taking a closer look on works of arts conceived through the use of biotechnologies, we realize their impact in the work. How the use of new technologies demonstrates an evolution of the artistic perception of the living ? Opening the reflection on the living, understood as human beings, animals and plants, allows to take notice of an attempt to go beyond anthropomorphism while emphasizing the connection/dependency between the other living beings and the human specie. The works of art are as many scenarios which, if not necessary relevant on a scientific level, allow to think about the issues raised by technologic developments. The wish to go beyond human limits, dreams of hybridization between human and machine, and the refusal of death feed the artistic imaginary. Through as selection of works from Art Orienté objet, Wim Delvoye, Eduardo Kac, ORLAN and Stelarc, three big themes will be at the core of this reflection: death (and life), sex, and hybridization. The works will be analyzed through a formal, material and conceptual perspective. These elements allow us to emphasize the notion of flow in the interaction between art and biotechnology. Is the hybridization of knowledge, material, practices, shapes, which is visible in the aforementioned works, part of the new vision of the living being?

Accéder en ligne

Par respect de la propriété intellectuelle des ayants droit, certains éléments de cette thèse ont été retirés.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.