La superstition dans les contes fantastiques français du dix-neuvième siècle

par Ludivine Brehier

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Paolo Tortonese.

Le président du jury était Nathalie Prince.

Le jury était composé de Paolo Tortonese, Nathalie Prince, Daniel Compère, Pierre Jourde.


  • Résumé

    Cette étude est consacrée à la potentielle part superstitieuse immanente aux contes fantastiques français du XIXe siècle. Au sein de cette forme concise du récit, nous cernons l’impact dégagé par la collision du fantastique et de la superstition, ces deux ennemis de la raison, témoins d’une époque où l’imaginaire est à la recherche d’un nouveau souffle littéraire. Nous revenons sur les origines de la rencontre de ces deux notions en faisant le point sur leurs étymologies et histoires respectives, puis mettons en exergue leurs assonances narratives. Le second temps de notre analyse s’articule autour des auteurs précurseurs, initiateurs et romantiques allant de J. Cazotte à P. Mérimée. Notre troisième partie est consacrée aux œuvres phares de la seconde moitié du siècle, qui, sous l’impulsion du très remarqué E. A. Poe et de quelques auteurs réalistes jugés mineurs, profitent d’un nouvel imaginaire s’achevant avec le décadentisme de J. Lorrain. Ces recherches permettent de constater la présence, la nécessité et l’évolution de la croyance dans un genre tributaire d’une verve particulièrement réceptive au désenchantement causé par une réalité exécrée. Nous observons que fantastique et superstition se situent conjointement à la croisée du monde ordinaire et d’un au-delà alternatif paradoxalement anxiogène et salvateur, reflet de la sensibilité des fantastiqueurs qu’ils retranscrivent au travers d’une pensée de plus en plus macabre au fil du siècle, folklore traditionnel puis pathologies psychiatriques à l’appui.

  • Titre traduit

    Superstition in french fantastic tales of the xixth century


  • Résumé

    This study is dedicated to the potential superstitious part inherent to French fantastic tales of the XIXth century. Within this concise form of storytelling, we outline the impact arising from the collision of fantastic and superstition, two enemies of reason, witness of a time when imagination was in search of a new breath in literature. We return to the origins of the reunion of these two notions by considering their respective etymologies and evolutions, before focusing on their narrative similarities. The second part of our analysis revolves around the precursors, initiators and romantic authors, from J. Cazotte to P. Mérimée. Our third part is dedicated to major works of the second half of the century, which, at the instigation of the particularly famous E.A. Poe and other few realistic authors considered as less influent, benefit from a new form of imagination ending with J. Lorrain’s Decadent movement. This study shows the existence, necessity and evolution of the belief, in a genre dependent on a verve particularly receptive to the disillusion caused by a despised reality. We observe that fantastic and superstition both stand at the point where the ordinary meets an alternative hereafter which is paradoxically source of anxiety and salvation, reflecting the sensibility of the fantastic authors who transcribed it into an increasingly macabre imagination throughout the century, supported by traditional folklore, then by psychiatric pathologies.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.