Le Liban sur l'échiquier du Moyen-Orient 1940-1958

par Ziad Lahad

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Marc Delaunay.

Le président du jury était Robert Frank.

Le jury était composé de Jean-Marc Delaunay, Robert Frank, Jacques Thobie, Jean-Patrick Guillaume, Henry Laurens.


  • Résumé

    Ce travail de recherche retrace la rivalité des puissances occidentales au Liban entre 1940 et 1958, qui découle d’un affaiblissement progressif de ses anciennes puissances colonisatrices, la France et la Grande-Bretagne. Nous essaierons de dérouler au cours de cette étude le nouvel ordre imposé au Moyen-Orient. Nous analyserons la manière dont les États-Unis ont cherché à supplanter les anciennes puissances coloniales.Pour la période suivante, de 1947 à 1958, qui voit au Moyen-Orient un bouleversement politique majeur avec la fin des Mandats, la création de l’État d’Israël et la montée du nationalisme arabe, nous nous pencherons sur l’apparition sur la scène moyen orientale d’une nouvelle superpuissance, l’Union soviétique. Nous détaillerons la position du Liban vis à vis des alliances, de la crise de Suez et de la cirse libanaise de 1958. Nous essaierons d’apprécier dans quelles mesures elles ont contribué à accélérer la chute des anciennes puissances colonisatrices supplantées par les deux nouvelles super puissances.Dans ce nouveau contexte, le Liban apparaîtra au cœur de ces événements, dépassé par les enjeux et tiraillé par l’opposition interne entre musulmans pro nassériens et chrétiens pro-occidentaux. Nous verrons notamment comment, pour contrer l’influence soviétique au Moyen-Orient après la crise du canal de Suez, Eisenhower remania sa politique dans la région profitant de la perte d'influence franco-britannique.Nous arriverons à la conclusion que ces dix années apparaissent comme déterminantes dans l’histoire de la rivalité américano-européenne au Moyen Orient et tout en dessinant un affaiblissement définitif des autres puissances occidentales, scellé par l’échec de Suez, elles déterminent pour la décennie à venir, jusqu’en 1967, les règles du jeu de cet Orient complexe…

  • Titre traduit

    Lebanon on the chessboard of the Middle East 1940-1958


  • Résumé

    This research, traces the rivalries, between the year 1940 and 1958, amid the Western powers within Lebanon, which is the result of the gradual weakening of their former colonial powers, France and Great Britain. Through this study, we will expose the new order imposed on the Middle East, and we will analyze how the United States sought to supplant the former colonial forces.Furthermore, during the years 1947 to 1958, the Middle East witnessed a major political upheaval with the end of the mandate, the establishment of the State of Israel, the rise of Arab nationalism and the rise of a new superpower in that region: the Soviet Union. Moreover, we will specifically detail the causes and consequences of the Suez Canal crisis and we will try to assess its extent on the accelerated collapse of the former colonial forces, superseded by their two new challengers. In the light of these events, Lebanon will appear overwhelmed by the challenges, and torn by the internal opposition between pro-Nasserite Muslims and pro-Western Christians. It will be shown in detail how, to counter the Soviet influence in the Middle East after the Suez crisis, Eisenhower reshuffled his policy in the area, taking advantage of the decreasing influence of France and Great Britain.Eventually, we come to the conclusion, that the decade spanning from 1947 to 1958 is decisive to the history of the US-European rivalry in the Middle East, where the weakening of all other Western powers is definitive, and where the rules of the game, in the extremely complex region, became determined for the following decade.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.