Emile Esperandieu (1857-1939) : un archéologue entre institution militaire et monde académique

par Marianne Altit-Morvillez

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Alain Schnapp.

Soutenue le 12-09-2014

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Archéologie (Paris) , en partenariat avec Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre) (laboratoire) .

Le président du jury était Corinne Bonnet.

Le jury était composé de Alain Schnapp, Allard Wijnand Mees, Sylvestre Clap.

Les rapporteurs étaient Michel Reddé.


  • Résumé

    Parmi les archéologues de la IIIe République, le commandant Emile Espérandieu (1857-1939) est un savant à part car il mène une double carrière exceptionnelle d’officier et d’archéologue. Le fonds Espérandieu, conservé au Palais du Roure à Avignon, renferme sa bibliothèque et ses manuscrits inédits. Dans le cadre de l’histoire de l’archéologie, un inventaire de la correspondance archéologique a été effectué afin d’étudier ses réseaux scientifiques en France et à l’étranger, avec les sociétés savantes et l’université, ainsi que ses rapports avec les ministères de l’Instruction publique et de la Guerre. La correspondance montre d’abord le développement de son réseau épigraphique dès 1882. Ses publications régionales lui assurent une légitimité aux yeux du monde savant, renforcée par sa succession à la direction de la Revue épigraphique du Midi de la France d’A. Alimer, mais aussi par sa participation au Corpus des inscriptions latines. Devenu spécialiste du monde gallo-romain, soutenu par S. Reinach, R. Cagnat, A. Héron de Villefosse et C. Jullian, il est chargé du Recueil des bas-reliefs de la Gaule en 1903. A travers la correspondance, le processus de recherche des bas-reliefs grâce à son réseau, l’édition des volumes, la réception par le monde savant, et la fortune de l’œuvre sont analysés. Enfin, avec le chantier d’Alésia, qu’il dirige à partir de 1906, émergent les enjeux de l’'archéologie de terrain. Ce site génère des projections d’une Gaule fantasmée, aussi bien pour la période protohistorique que gallo-romaine et cristallise des oppositions, parfois violentes, soulignées dans la correspondance, de méthode et d ' interprétation sur les résultats des fouilles.

  • Titre traduit

    Emile Esperandieu (1857-1939) : a career in archaeology between military institution and academic world


  • Résumé

    Among archaeologists of the Third Republic. Commandant Emile Espérandieu ( 1 857-1939) was a scholar leaving aside as he leads a dual career of exceptional officer and archaeologist. The Espérandieu archives, kept at the Palais du Roure, in Avignon, contains the own scholar's library and his unedited manuscripts. In the context of the history of archeology, an inventory of archaeological letters was conducted to study its scientific networks in France and abroad, with scholarly Associations and Universities, as well as its relationship with Ministries of Education and War. Letters show development of its epigraphic network since 1883.Then, his regional publications secure him legitimacy among scholars as well as his succeeding to Allmer’s Revue épigraphique du Midi de la France and his participation to the Corpus Inscriptionum Latinarum. Become expert of the Gallo- Roman world, supported by S. Reinach, R. Cagnat, A. Héron Villefosse and C. Jullian, he was given the responsibility of the Recueil des bas-reliefs de la Gaule in 1903. In the Correspondence, the process of reliefs search through its network, the publishing of volumes, the receipt by the scientific world, and the critical response to it, are analyzed. Finally, the site of Alésia, he runs from 1906, emerging issues of archaeological fieldwork. This site generates picturings of fantasized Gaul, both for the protohistoric period and Gallo-Roman period and crystallizes oppositions. Finally, the correspondence makes it clear how violent these oppositions may have been in terms of excavation methods and interpretation of findings.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.