Le problème de l'auteur dans la culture artistique romaine : originalité et imitation

par Mariateresa Curcio

Thèse de doctorat en Archeologie, ethnologie, prehistoire

Sous la direction de Alain Schnapp et de Marcello Barbanera.

Soutenue le 27-01-2014

à Paris 1 en cotutelle avec l'Università degli studi La Sapienza (Rome) , dans le cadre de École doctorale Archéologie (Paris) , en partenariat avec Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre) (équipe de recherche) et de Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre) (laboratoire) .

Le président du jury était Sandro De Maria.

Le jury était composé de Alain Schnapp, Marcello Barbanera, Olivier de Cazanove.

Les rapporteurs étaient Marco Galli.


  • Résumé

    Normalement, la première question que l'observateur se pose quand il se trouve en face d'une image, d'une œuvre visuelle est "De qui est-ce?". Comme si l'auteur était la première condition pour attribuer à un objet une valeur artistique. Il n'y a pas d'art sans auteur, ni de chef-d'œuvre qui n'ait été conçu à partir d'un artiste singulier, en assurant l'originalité. D'une certaine manière, la prérogative autorielle est le sceau qui transforme J'image en une œuvre d'art, considérée par les spécialistes et appréciée par les utilisateurs, par le public. Il semblerait donc que l'auteur soit le sujet actif de la production artistique, acteur principal du besoin expressif des hommes, c'est du moins ce que l'on a longtemps pensé. En vérité, l'autorialité (difficile traduction de l'anglais autorship) et toutes les pistes sémantiques qui s'y réfèrent (comme la dichotomie original/faux) ne sont que des significations modernes, nées pendant la période de la modernité. Mais d'abord il faut faire quelques remarques de méthode. Dans ma recherche, je ne veux pas annuler le rôle de l'autorialité dans le production visuelle, ni proclamer la mort de l'auteur. Le but de mon travail sera de déconstruire la notion d'auteur considérée comme l'expression d'un sujet unique dans l'acte de création (dans ce cas artistique). Il s'agit de comprendre quels sont les différents acteurs qui ont contribué à définir le travail artistique (dans ses caractéristiques formelles et sémantiques) dans la complexité de la culture visuelle romaine. Mon travail de recherche porte sur la culture artistique romaine située dans la structure sociale et politique spécifique de Rome. Pour atteindre cet objectif, il faut d'abord essayer de «déconstruire» certains axiomes qui définissent la structure du langage visuel romain. À cet effet, j'ai essayé d'entreprendre un travail d'analyse qui, partant de la question de l' originalité artistique dans le cadre de la culture romaine, retrouve l'origine du problème.

  • Titre traduit

    The problem of authorship in roman artistic culture : originality and imitation


  • Résumé

    The topic of my research has been to deconstruct the authorship as expression of a unique subject within the artistic creation. act, in order to understand the different elements composing an art-work in the elaborated Roman visual culture. I tried to investigate how the modern concept of author has influenced the analysis of Roman art and I have offered new paradigms useful for dealing with the investigation of some components of the Roman artistic culture. Now it's widely recognized that the aesthetic paradigms that consider the art-work separated from contexts (whether cultural or physics) can't thoroughly read Rome's artistic production. For that reason, redefining the authorial contents and introducing in the artistic vocabulary words such as emulation and reproduction, allows to analyze the who le artistic culture under a different interpretative point of view. Indeed the preponderance of the author in the creative process has influenced the modem study of the ancient works of art: an author has argued and verified the idea that any art-work has only a style, a period, and a unique culture. If we go beyond this reasoning, we can understand that the production of certain artistic categories, above all in Roman cultural world, is the result of a mix of formals features and cultural models that can't be isolated within a style, a period or geographical borders. As a consequence, my work tried to propose new contents and theories more suitable for the understanding of the Ancient cultural processes. Thus I have analyzed a specific sculptural group (the honorary nude-portraits), which generally isn't particularly appealing as work of art, in order to understand its cultural and social value, turning away from a purely aesthetic assessment.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.