L'intégration monétaire et les pays émergents : application au Maghreb

par Aram Belhadj

Thèse de doctorat en Sciences Economiques

Sous la direction de Jean-Paul Pollin et de Mongi Mokadem.

Soutenue le 06-01-2014

à Orléans , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Orléans) , en partenariat avec Laboratoire d'économie (Orléans) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Philippe Saucier.

Le jury était composé de Jean-Paul Pollin, Mongi Mokadem, Philippe Saucier, Jean-Baptiste Desquilbet, Mouldi Djelassi.

Les rapporteurs étaient Jean-Baptiste Desquilbet, Mouldi Djelassi.


  • Résumé

    Cette thèse s’intéresse à l’option de création d’une union monétaire entre les trois pays du Maghreb, àsavoir l’Algérie, le Maroc et la Tunisie. Elle essaye de répondre aux interrogations suivantes : quelles sont lescaractéristiques des régimes monétaires des pays du Maghreb et comment leurs choix sont-ils justifiés ? Les structures et lesinstitutions de ces pays les rendent-ils éligibles à une union monétaire ? Quelles conséquences macroéconomiques ces payspourront-ils supporter s’ils décident de créer cette union ? Existe-t-il des régimes monétaires alternatifs plus appropriés leursfacilitant in fine la transition vers l’étape ultime de l’intégration monétaire ?Afin de répondre à ces questions, nous avons opté pour la présentation de quatre chapitres. Nous avons décritdans un premier chapitre les fondements théoriques de l’intégration monétaire à travers l’étude de la théorie desZones Monétaires Optimales (ZMO), ses développements, ses lacunes, ses prolongements et ses applicationsempiriques. Nous avons tenté dans un deuxième chapitre de spécifier les mécanismes structurels et institutionnelssusceptibles de garantir la viabilité du processus d’intégration monétaire et de faire recours à quelques expérienceshistoriques. Nous avons essayé dans un troisième chapitre de décrire les régimes monétaires pratiqués par lespays du Maghreb et d’expliquer l’origine de leur hétérogénéité avant d’expliciter les possibilités de création d’uneZMO en présence de cette hétérogénéité. Enfin, nous avons cherché dans un quatrième chapitre à évaluer lesconséquences de la création d’une union monétaire entre les trois pays. Nous avons aussi proposé les régimesmonétaires envisageables qui leur permettent in fine une transition réussie vers cette union monétaire.Nos principaux résultats montrent que la création d’une union monétaire -et son corollaire la mise en place d’unerègle monétaire commune- n’est pas bénéfique, surtout pour l’Algérie du fait que la variabilité de l’inflation et del’activité est beaucoup plus importante qu’au Maroc ou en Tunisie. D’autre part, il a été convenu quel’harmonisation des cibles d’inflation dans le cadre d’un taux de change quasi-flexible ou l’instauration simultanéed’une caisse d’émission pourraient être des régimes monétaires appropriés permettant à ces trois pays unetransition réussie vers l’unification monétaire.

  • Titre traduit

    Monetary Integration in Emerging Countries : the case of the Maghreb


  • Résumé

    This thesis focuses on the option of the launching of a monetary union across three Maghreb Countries, notablyAlgeria, Morocco and Tunisia. It tries to answer the following questions: What are the characteristics of monetaryregimes in the Maghreb Countries and what are the underlying factors for their choices? Do the countries’ structures andinstitutions constitute a favourable environment for the creation of a monetary union between these countries? What would bethe macroeconomic consequences for these countries if they decided to create a monetary union? Are there any alternativemonetary regimes which would enable them to move toward the final steps of monetary integration in a more appropriate way?In order to answer these questions, we opted for a presentation of four chapters. In a first chapter, we describedthe theoretical foundations of monetary integration through the study of Optimum Currency Area Theory (OCA),their theoretical developments, their drawbacks, their extensions and their empirical applications. We tried in asecond chapter to present the structural and institutional mechanisms that insure the viability of the monetaryintegration process and to recourse to some historical experiences. We attempted in a third chapter to describe themonetary regimes currently in use in the Maghreb Countries and to explain the origin of their heterogeneity beforeanalyzing the possibility of setting up an OCA in this context of heterogeneity. Finally, in a fourth chapter, weassessed the consequences of the creation of a monetary union across the three countries. We also suggest possiblemonetary regimes which, in fine, might allow these countries to successfully move toward monetary union.Our main results show that the creation of a monetary union –and its corollary the implementation of a commonmonetary rule- is not beneficial, especially for Algeria where the variability of inflation and activity is moreimportant than in Morocco and Tunisia. On the other hand, we came to the conclusion that the harmonization ofinflation targets within a quasi-flexible exchange rate or the simultaneous setting up of a currency board in thesecountries could represent an appropriate monetary regime which would allow a safe move to monetary union.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans (Bibliothèque électronique). Service commun de la documentation.Division des affaires générales.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.