Réponses physiologiques et zootechniques à la chaleur en interaction avec le statut inflammatoire chez le porc en croissance : Texte imprimé

par Reis Furtado Campos, Paulo Henrique

Thèse de doctorat en Biologie et agronomie

Sous la direction de Noblet, Jean et de Le Floc’h, Nathalie.


  • Résumé

    Les températures ambiantes élevées affectent la consommation alimentaire, la croissance et la valorisation des nutriments chez les porcs en croissance. En revanche, les effets des températures ambiantes élevées sur la fonction immunitaire ne sont pas connus et il n’est pas possible d’anticiper les effets des températures ambiantes élevées sur l’utilisation des nutriments chez les porcs soumis à un challenge inflammatoire. Les objectifs de l’étude étaient d’évaluer les effets des températures ambiantes élevées sur les bilans azotés et énergétiques des porcs soumis à un protocole d’injections répétées d’endotoxines bactériennes (lipopolysaccharide d’Escherichia coli ou LPS). Vingt-huit porcs femelles, pesant 50 kg en moyenne, catéthérisées et hébergées par groupe de deux ont été placées à la thermoneutralité (TN, 24°C) ou exposées à une haute température ambiante (HT, 30°C). Pour chaque condition thermique, les porcs ont d’abord été adaptés aux conditions de l’expérience pendant deux semaines dans des cellules dont la température ambiante était régulée puis ils ont été placés en chambre respiratoire à circuit ouvert. Les porcs sont restés dans les chambres respiratoires pendant 18 jours, correspondant à 7 jours sans LPS et 11 jours avec LPS. L’interaction entre la température ambiante et l’administration de LPS n’a pas été significative pour la plupart des critères étudiés. Avant les injections de LPS, les porcs en condition HT ont eu une plus faible consommation alimentaire (1 500 vs. 2 003 g. J-1; P < 0. 01) et un plus faible GMQ (449 vs. 684 g. J-1; P = 0. 01) que les porcs en condition TN, mais la digestibilité des nutriments était similaire. Les porcs en condition HT ont également réduit leur consommation d’EM (1 651 vs. 2 170 kJ. Kg PV-0. 60. J-1, P = 0. 01) et ont produit moins de chaleur (1 146 vs. 1 365 kJ. Kg PV-0. 60. J-1; P < 0. 01) que les porcs en condition TN. De plus, les porcs en condition HT ont déposé moins de protéines et de lipides que les porcs en condition TN (-61 and -57 g. J-1, respectivement; P < 0. 01 et P = 0. 01). Le challenge au LPS a significativement diminué (P < 0. 01) les consommations d’azote (de 13. 7 et 7. 4 g. J-1) et d’EM (de 594 et 335 kJ. Kg PV0. 60. J-1) dans les conditions TN et HT, respectivement mais il n’a pas affecté l’utilisation digestive des nutriments. Durant le challenge au LPS, la production de chaleur totale (PC) a diminué (P < 0. 01) en conditions TN et HT (de 190 et 104 kJ. Kg PV-0. 60. J-1, respectivement), du fait d’un plus faible effet thermique du repas à court terme (P = 0. 01) et d’une plus faible PC au repos (P < 0. 01). De plus, le LPS a diminué le dépôt de protéines (P < 0. 01) et de lipides (P = 0. 01) des porcs en condition TN (de 79 et 73 g. J-1, respectivement) et HT (de 41 et 44 g. J-1, respectivement). En conclusion, notre étude confirme que les températures ambiantes élevées diminuent la consommation alimentaire, les performances de croissance et la PC. De plus, nos résultats montrent qu’une stimulation inflammatoire par le LPS modifie l’utilisation de l’énergie en modifiant l’ingéré d’EM et les besoins d’entretien quelle que soit la température ambiante.


  • Résumé

    High ambient temperature impacts feed intake, growth and nutrient utilization in growing pigs. However, little is known on its effects on immune function and, therefore, on how or if it could modulate the utilization of nutrients in pigs exposed to an inflammatory challenge. The aim of the study was then to evaluate the effects of high ambient temperature on energy and nitrogen utilization in pigs submitted to repeated injections of Escherichia coli lipopolysaccharide (LPS). Twenty-eight catheterized and pair-housed 55 kg BW female pigs were assigned to one of the two thermal conditions: thermoneutrality (TN, 24°C) or high ambient temperature (HT, 30°C). Within each condition, pigs had a 2 wk adaptation period in climatic-controlled rooms and then were transferred to open-circuit respiration chambers. Pigs remained in respiration chambers during 18 d, divided in a 7-d period without LPS (baseline) and a subsequent 11-d period with LPS administration (LPSperiod). The interaction between ambient temperature and period was not significant for most of the traits studied. At baseline, pigs kept at HT had lower ADFI (1,500 vs. 2,003 g. D-1; P < 0. 01) and ADG (449 vs. 684 g. D-1; P = 0. 01), and similar nutrient digestibility than those kept at TN. Pigs kept at HT also consumed less ME (1,651 vs. 2,170 kJ. Kg BW-0. 60. D-1, P = 0. 01) and produced less heat (1,146 vs. 1,365 kJ. Kg BW-0. 60. D-1; P < 0. 01) than those kept at TN. Furthermore, HT pigs retained less protein and fat than TN pigs (-61 and -57 g. D-1, respectively; P < 0. 01 and P = 0. 01). The LPS challenge reduced (P < 0. 01) nitrogen (-13. 7 and -7. 4 g. D-1) and ME intake (-594 and - 335 kJ. Kg BW-0. 60. D-1) in TN and HT conditions, respectively; fecal digestibility of nutrients was not affected by LPS. During the LPSperiod, total heat production (HP) was decreased (P < 0. 01) in both TN and HT groups (-190 and -104 kJ. Kg BW-0. 60. D-1, respectively), in connection with lower short-term thermic effect of feeding (P = 0. 01) and resting HP (P < 0. 01). In addition, the LPS induced a reduction in protein (P < 0. 01) and fat deposition (P = 0. 01) in pigs kept at TN (-79 and -73 g. D-1, respectively) and at HT (-41 and -44 g. D-1, respectively). In conclusion, our study confirms that high temperature reduces voluntary feed intake, growth performance and HP. Moreover, our results evidence that, irrespective of thermal condition, an inflammatory LPS challenge affects energy utilization through changes in ME intake and maintenance requirements.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. 174 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. (148-165 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Bibliothèque Générale de Rennes.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : B 255
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.