L'image et son empreinte dans les mises en scène de Daniel Benoin : Itinéraire et processus de création de la Comédie de Saint-Étienne au Théâtre National de Nice (1975-2010)

par Angélique Derambure

Thèse de doctorat en Arts vivants dominante theatre

Sous la direction de Jean-Pierre Triffaux.

Soutenue le 10-07-2014

à Nice , dans le cadre de ED-86-Lettres sc. Humaine , en partenariat avec Centre transdisciplinaire d'épistémologie de la littérature (Nice) (laboratoire) .


  • Résumé

    Metteur en scène contemporain dont l’itinéraire personnel est une conséquence de la décentralisation théâtrale, Daniel Benoin tire sa force de création du passage de l’image mentale à sa concrétisation dans le spectacle vivant par l’hybridation de savoirs multiples et de techniques artistiques. Cette étude d’un destin particulier dans un rapport holiste avec l’art dramatique permet une théorisation du processus de création dans lequel un regard croisé entre phénoménologie et pragmatique confirme l’hypothèse d’une empreinte matérielle et stylistique. L’approche comparative d’un grand nombre de représentations et de l’ensemble des répétitions préalables à cinq spectacles (Wozzeck, La Cantatrice chauve, Faces, la reprise de La Cantatrice chauve, Le roman d’un trader) définira cette empreinte comme idiosyncrasique, formelle et originale, le tout commun à l’ensemble de l’œuvre observée. Ainsi, grâce aux concours de pré-images modulables et fécondes, les images mentales primordiales s’installent au cœur de la création et la vision onirique se révèle être l’essence même de la particularité artistique de ce metteur en scène. La recherche entreprise ouvre alors des perspectives renouvelées quant à l’esthétique et à la présence/absence de l’artiste dans des domaines élargis (cinéma, danse, peinture, photographie, musique, écriture).

  • Titre traduit

    The image and its mark in Daniel Benoin’s stagings : The itinerary and process of creation from the Comédie de Saint-Etienne to the Théâtre National de Nice (1975-2010)


  • Résumé

    Daniel Benoin, a contemporary stage director whose personal career was a consequence of theatrical decentralization, draws his creative strength from his ability to make mental images become concrete in live shows by using numerous knowledge and artistic techniques in a hybrid way. This project on a distinctive destiny in a holist connexion with Drama enables to theorize about the creation process in which a crossed look at phenomenology and pragmatism confirms the hypothesis of a material and stylistic imprint. The comparative approach of many performances and of all the preliminary rehearsals to five theatrical shows (Wozzeck, La Cantatrice chauve, Faces, the remake of La Cantatrice chauve, Le roman d'un trader) will eventually define this mark as an idiosyncratic, formal and original one, to be found in the whole work which was studied. Thus, thanks to the help of fertile and adjustable pre-images, essential mental images settle in the heart of creation and the oneiric vision turns out to be the very essence of the artistic particularity of this stage director. Therefore the research opens up renewed angles about the aesthetics and the presence/absence of the artist in enlarged fields (such as cinema, dancing, painting, photography, music, writing).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.