Les stratégies des entreprises chinoises en Afrique : quels objectifs, quelle coopération ?

par Fodé Siré Diaby

Thèse de doctorat en Sciences economiques

Sous la direction de Xavier Richet.

Le président du jury était Jean-Paul Guichard.

Le jury était composé de Xavier Richet, Jean-Paul Guichard, Nathalie H. Fabry, Thierry Pairault.

Les rapporteurs étaient Nathalie H. Fabry, Thierry Pairault.


  • Résumé

    Au cours de ces trois dernières décennies l’économie chinoise a multiplié son PIB par 15. Pour soutenir une forte croissance interne et assurer ses approvisionnements en matière première et énergétique, la Chine s’est tournée vers l’Afrique en y augmentant rapidement et fortement ses investissements directs étrangers lors des dix dernières années. Deuxième partenaire commercial africain, investisseur stratégique, allié au développement et pourvoyeur financier, ce pays bouleverse les rapports de force qui s’étaient instaurés depuis les indépendances sur le continent. L’objet de ce travail est d’évaluer l’impact des IDE chinois sur le taux de croissance de 38 pays africains partenaire de la Chine entre 2003 et 2011. Nous avons articulé notre réflexion sur la question suivante : la coopération sino-africaine permet-elle aux pays africains de lutter contre la pauvreté, le chômage dans leur pays et surtout d’entamer un véritable processus de développement économique ? Pour répondre, nous avons analysé le mode de croissance chinois, les fondements de la politique africaine de la Chine, les raisons qui poussent les entreprises chinoises à aller investir en Afrique, les impacts politiques et économiques de la Chine en Afrique et enfin nous avons réalisé une étude empirique mesurant les effets des IDE chinois en Afrique. Nos résultats économétriques montrent que les IDE chinois n’ont pas d’effet significatif sur le PIB par tête de ces 38 pays africains, notamment à cause de la politique des entreprises chinoises en Afrique qui encourage les investissements dans les secteurs qui créent moins d’emploi local et qui ne permettent pas de vrai transfert de technologie.

  • Titre traduit

    Strategies of Chinese firms in Africa : what targets, which cooperation?


  • Résumé

    For the last three decades, the Chinese economy has multiplied it GDP by 15. In order to maintain a strong home economical growth and insure a constant supply of raw material and energy, China turned towards the African continent by quickly and firmly multiplying its foreign direct investments during the last ten years. By becoming the second largest business partner of Africa, as well as a strategic investor, a financial supplier and associated for the development; China has now overturned the balance of powers which had been established since the decolonization of Africa. The purpose of this study is to estimate the impact of the Chinese FDI on the growth rate of 38 African countries between 2003 and 2011. We have centred our reflection on the following questions: What are the impacts of the economical cooperation between China and African countries on poverty, unemployment and; does this cooperation encourage the possibility to start a real process of economic development in Africa? In order to come to a conclusion on this matter, we have analyzed the way through which China achieves economical growth, the foundations of China’s African Policy, as well as the reasons for Chinese companies to invest in Africa and the political and economical impacts of China’s Policy in Africa. Finally, we led an empirical study measuring the effects of the Chinese FDI in Africa. Thanks to our econometric study, we came to the conclusion that the Chinese FDI has no significant effect on the GDP per capita of these 38 African countries. Because they are invested in sectors which end up creating less local employments and which, eventually do not allow a real transfer of technologies …


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.