Les passeurs de langues, acteurs de l'interculturel en milieu professionnel plurilingue. Le cas des projets miniers en Nouvelle-Calédonie

par Anne Morel-Lab

Thèse de doctorat en Sciences du langage, option Anthropologie sociale et culturelle

Sous la direction de Bernard Rigo et de Jean-Pierre Segal.

Soutenue le 07-03-2014

à Nouvelle Calédonie , dans le cadre de École doctorale du Pacifique (Faaa) .


  • Résumé

    Les phases de construction des grands projets miniers qui se sont développés en Nouvelle-Calédonie au cours de la dernière décennie, en marge (pour le projet du Sud) ou dans le cadre (pour le projet du Nord) du processus mis en place par l’Accord de Nouméa, constituent un terrain d’étude exemplaire pour observer et analyser la complexité des phénomènes du plurilinguisme et des pratiques interculturelles en situation professionnelle. La thèse, menée parallèlement à une activité de prestataire de services au sein de ces espaces multiculturels, porte donc sur la question : comment les compétences langagières plurilingues des acteurs locaux contribuent-elles à la résolution des écarts constatés entre les langues et les cultures dans un monde du travail globalisé ? Les résultats de la recherche permettent de restituer toute l’importance des savoirs expérientiels et spécifiques des passeurs de langues, acteurs en fonction discrète à des postes administratifs et dont l’œuvre de parole est indispensable à l’organisation qui les emploie. Ce faisant la thèse cherche à mettre en évidence les enjeux sociolinguistiques liés aux transformations du monde du travail en ce début de XXIème siècle.


  • Résumé

    The construction phases of the big mining projects which developed in New Caledonia during the last decade, in margin (for the South project) or in the frame (for the North project) of the process set up by the “Accord de Nouméa”, constitute an exemplary field of study to observe and analyze the complexity of the phenomena of the plurilingualism and the intercultural practices in professional situation. The thesis led in a parallel to an activity of service provider within these multicultural spaces, deals with the question: how do the plurilingual linguistic skills of the local actors contribute to the resolution of the linguistic and cultural gaps when working in a globalized world? The results of the research enlighten the importance of the specific experimented knowledges of the languages go-between, actors in discreet function in administrative positions and their ability to act as a wordforce essential to the organization which employs them. It doing the thesis tries to highlight the sociolinguistic challenges bound to the transformations of the working world at this beginning of XXIth century.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.