Autologous regulatory myeloid cell therapy in transplantation

par Laura Carretero-Iglesia

Thèse de doctorat en Médecine. Immunologie

Sous la direction de Maria Cristina Cuturi et de Marcelo Hill.


  • Résumé

    L'objectif en transplantation d'organes est d'induire une tolérance spécifique du greffon à long terme. Les thérapies actuelles sont efficaces pour contrôler le rejet aigu du greffon mais sont inefficaces pour prévenir le rejet chronique. De plus, elles peuvent induire à des effets secondaires importants, rendant les patients sensibles à d'autres maladies. De nouvelles thérapies sont ainsi en cours de développement. L'utilisation de différents types cellulaires modifiés in vitro comme stratégie pour l'induction d'une tolérance spécifique d'antigène a été démontré efficace pour prolonger la survie de l'allogreffe dans plusieurs modèles animaux. Les cellules myéloïdes jouent un rôle important en transplantation. Elles sont impliquées dans la tolérance, ainsi que dans le rejet de la greffe. La modification in vitro des cellules myéloïdes pour leur utilisation en transplantation a suscité un intérêt ces dernières années. Le travail développé pendant cette thèse a eu pour objectif la génération de trois types de cellules régulatrices myéloïdes (cellules dendritiques tolérogènes, macrophages régulateurs et cellules myéloïdes suppressives). In vitro, nous avons étudié leur capacité suppressive sur l'activation des lymphocytes T et les mécanismes impliqués dans cette suppression. In vivo, nous avons testé leur potentiel à prolonger la survie de l'allogreffe après injection autologue dans un modèle de greffe chez la souris ainsi que les mécanismes qu'elles induisent. Nous supposons alors que les résultats obtenus pendant cette thèse pourront aider à développer une thérapie cellulaire efficace pour l'induction d'une tolérance en transplantation.


  • Résumé

    The aim in organ transplantation is to induce specific long-term allograft tolerance. Current therapies control short-term allograft rejection but are inefficient against late graft failure. Moreover, they carry important side-effects, rendering patients vulnerable to other diseases. New therapies are nowadays being developed. The use of in vitro modified cell types as a strategy to induce donor-specific tolerance has proven to be effective to prolong allograft survival in a variety of animal models. Myeloid cells play a key role in transplantation. They are involved in both, tolerance and rejection. Therefore, the in vitro modification of myeloid cells for their use in cell therapy has gained interest those last years. The work developed during this thesis aimed at generating three regulatory myeloid cell types (tolerogenic dendritic cells, regulatory macrophages and myeloid-derived suppressive cells). In vitro, we studied their capacity to avoid T cell activation and the mechanisms underlying their suppressive activity. In vivo, we tested the potential of autologous regulatory myeloid cells to prolong allograft survival when injected in a mouse skin transplant model one day before transplantation and the in vivo mechanisms induced after their injection. We believe that the results obtained during this thesis will help to progress towards an efficient cell therapy and tolerance induction in the transplantation setting.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (223 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 183-204 [467 réf.]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 14 NANT 44-VS
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.