Logique et didactique : une introduction à la lecture de Hégel : une critique hégélienne de Hégel

par Elfège Leylavergne

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Marie Lardic.


  • Résumé

    In Hegelian logic lie two internal inconsistencies which are not noticed by Hegel. Firstly, the category of difference falls outside of itself for it is not sufficiently overturned on itself : what is the essential difference of inessential difference? Quantitative sciences elaborate themselves upon the undifferentiating necessity of the other through which everything logically determinates itself. Therefore, and secondly, the discipline which studies the necessity of things as facing their other is necessarily itself the other of sciences. This discipline is philosophy. Hence, philosophy is the essential and reciprocal other of sciences. In order to therefore understand and articulate this essential difference between sciences and philosophy, this work will consist in 1) determining the dialectical provenance of quantitative sciences and of understanding in general. To do so, we will develop a method of introduction named ratio-dialectical which will allow us to proceed to a second degree of overturning that dialectics need in order to 2) show the insufficiency of Hegelian expositions on the categories of difference and quantity, and this insufficiency will therefore, 3) show us the necessity for quantity to be reinstated as the very dialectical structure of the concept which is something that Hegel very paradoxically allows us to do although seemingly without noticing it. The Hegelian critics of Hegel thus developed will then open a new field of intelligibility toward a hopefully renewed space of communication between contemporary sciences and philosophy.


  • Résumé

    La science de la logique contient deux insuffisances internes dont Hegel ne prend pas la mesure. D’abord la catégorie de la différence tombe en dehors d’elle-même faute d’être retournée sur elle-même : quelle est la différence essentielle de la différence inessentielle ? La catégorie de la quantité, qui procède de l’indifférence à tout contenu, doit alors elle aussi être retournée et comprise face à son autre. Les sciences quantitatives procèdent de l’indifférence à la nécessité même de l’altérité face à laquelle toute chose se détermine logiquement. Par conséquent la discipline qui étudie la nécessité des choses comme faisant face à leur autre est nécessairement elle-même l’autre des sciences. Cette discipline est la philosophie. La philosophie est donc l’autre essentiel et réciproque des sciences quantitatives. Aussi, dans le but de rendre raison de cette différence essentielle entre sciences et philosophie, ce travail va consister à 1) déterminer la provenance dialectique des sciences quantitatives et de l’entendement en général et, pour ce faire, élaborer une méthode d’introduction nommée ratio-dialectique, laquelle permettra alors de produire le second degré de retournement dont la dialectique a besoin pour 2) mettre en évidence l’insuffisance des expositions hégéliennes sur la catégorie de la différence et, par suite, 3) la nécessité pour la quantification d’être réhabilitée comme la structure dialectique même du concept tel que le texte de Hegel, très paradoxalement, autorise très explicitement à le faire mais sans apparemment en prendre la mesure. Cette critique hégélienne de Hegel ainsi développée va donc permettre d’ouvrir un nouveau champ d’intelligibilité dans le sens d’une réouverture de l’espace de communication entre sciences et philosophie.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (489 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 471-476. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 14 NANT 3043
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.