L'urgence à plusieurs « vitesses » : fracture territoriale et inégalité sociale dans l'accès aux soins d'urgence

par Sylvie Morel

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jean-Noël Retière.

Soutenue en 2014

à Nantes , dans le cadre de Ecole doctorale Droit, Economie-Gestion, Sociétés, Territoires (Nantes) , en partenariat avec Centre nantais de sociologie (laboratoire) .


  • Résumé

    Before his election in 2012, President François Holland promised to "garantee that each french person could access emergency care in less than 30 minutes". By focusing on temporality, this formula overlooks the nature and treatment of the emergency. Proposals from hospitals and the medical world in response to this programme appear especially simplistic in light of the results of the sociological investigation presented here. Eschewing political discourses underlining the excellence of teh supposed "best emergency system in the world", this research shows that the concept of medicalization dear to the french model not only fails when put into practice, but prevents any alternative (paramedical)approaches to the problem. Lastly, this sociological analysis reveals that even if selection practices theretically unthinkable when it comes to emergencies, medical interests and the interests of healthcare establishments lead to social inequalties in access to emergencies, medical interests and the interests of healthcare establisments lead to social inequaliites in access to emergency care. After 10 years of research, a sociological panorama of responses to emeergencies asks if the french emergency system is not ailing because of its doctors.


  • Résumé

    Garantir pour chaque français un accès aux soins urgents de 30 minutes, tel est l'engagement no9 du président François Hollande élu en 2012. En portant l'attention sur la dimension temporelle, cette formule fait l'économie de la nature et du traitement de l'urgence. Les réponses médicales et hospitalières proposées en réponse à ce programme apparaissent tout autant réductrices au regard des données de l'enquête sociologique présentée ici. A rebours des discours politiques d'excellence sur le, soi-disant, meilleur système d'urgence au monde », cette recherche montre que le concept de médicalisation, cher au « modèle » français non seulement échoue dans sa mise en œuvre mais empêche toute approche alternative (paramédicale) du problème. Enfin, l'analyse sociologique révèle que même si en matière d'urgence, les pratiques de sélection sot à priori impensables, les intérêts médicaux et ceux de établissements de soins conduisent à l'existence d'inégalités dans l'accès aux soins d'urgence. Au terme de dix années de recherche, un panorama sociologique des urgences pose la question : l'urgence française ne serait-elle finalement pas malade de ses médecins ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (513 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 474-492. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 14 NANT 3036
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.