Le renouveau éthique dans la postmodernité : les enjeux pour l'éducation, la formation de soi et l'éthique professionnelle enseignante

par Alfred Romuald Gambou

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Didier Moreau et de Michel Fabre.

Soutenue en 2014

à Nantes , dans le cadre de École doctorale Cognition, éducation, interactions (CEI) (Nantes) , en partenariat avec Centre de recherches en éducation (Nantes) (laboratoire) .


  • Résumé

    Methodologically rooted in the paradigm of the constructivism and the complex thought, the research work reassesses the history of the discontinued thought, characterized by epistemological ruptures. It shows that each of them has been both a dialogic and a progress but also a regression for the human spirit. We refer to that of the historical modernity (around XVII century called “the Cartesian moment” by Foucault), that of the Enlightenment, the Moderns, the post or the hypermodernity. So, this work finds its theoretical anchorage, including its hypothesis, in these different ruptures. How does modernity allow questioning, the moderns’ abstract and Universalist humanism by opening coming views which structured the professional teaching ethic? The first three parts will enlighten the emergence of the issue, scope the skates of the new ethic and sign another educational paradigm, taking into account the current issues and trying to understand what for ages, structured the traditional teaching ethic. The last two parts make a bent and flashback towards former humanism and stoician, having a look both at the paradigm of the tale and the value it sets to the topological, creative, poetic and imaginary dimension. That is the starting point of the results of this research and its four teachables around which have been articulated the new landmarks structuring that new professional teaching ethic heard as “conatus”, a being attention and style.


  • Résumé

    Enracinée méthodologiquement dans le paradigme du constructivisme, de la pensée complexe, cette recherche revisite l’histoire de la pensée, une histoire discontinue, caractérisée par des ruptures épistémologiques. Elle montre que chaque rupture a été une dialogique, un progrès tout en étant une régression pour l’esprit humain. En témoignent celle opérée par la modernité historique (autour du XVIIème siècle que Foucault appelle « le moment cartésien »), celle des Lumières, des Modernes, de la post ou hypermodernité. Cette recherche trouve donc son ancrage théorique y compris sa problématique dans ces différentes ruptures. En quoi la postmodernité permet-elle de questionner tout en ouvrant d’autres perspectives, l’humanisme abstrait, universaliste des modernes qui structurait l’éthique professionnelle enseignante? Les trois premières parties clarifient l’émergence du problème, circonscrivent les enjeux du renouveau éthique, signent un autre paradigme éducatif qui prenne en compte les problèmes de notre actualité et tente de comprendre ce qui a longtemps structuré l’éthique enseignante traditionnelle. Les deux dernières parties opèrent un détour vers l’humanisme ancien, stoïcien, en scrutant à la fois le paradigme du conte, la place qu’il accorde à la dimension topologique, heuristique, poétique et imaginaire pour penser notre stratégie du renouveau. C’est de là qu’ont émergé les résultats de cette recherche, ses quatre enseignables autour desquels se sont articulés les nouveaux repères structurant cette nouvelle éthique professionnelle enseignante comprise comme « conatus », attention et style de l’être.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (322 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 297-302. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 14 NANT 3018
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.