Auto-traductions de "La langue maternelle" de Vassilis Alexakis : réflexions traductologiques sur un itinéraire créatif identitaire

par Elisavet Hatzidaki

Thèse de doctorat en Études néo helléniques

Sous la direction de Marie-Paule Masson-Vincourt.

Le président du jury était Nicolas Karapidakis.

Le jury était composé de Yiannis Ioannou, Constantin Angélopoulos.

Les rapporteurs étaient Vassiliki Kontogianni, Dimitris N Filias.


  • Résumé

    Personne ne peut nier la part de la création dans la littérature et les auteurs ont certes la possibilité de s'exprimer de plusieurs façons afin de véhiculer leurs pensées et leurs émotions. Qu'en est-il de la traduction ? En effet, la créativité peut être masquée, voire même modifiée si la traduction est faite par un tiers. La présente thèse se focalise sur la façon dont l'auto-traduction renforce la créativité chez les auteurs bilingues qui traduisent, eux-mêmes, leurs romans. Notre travail porte sur les problèmes traductologiques révélés dans la traduction du roman La langue maternelle de Vassilis Alexakis, roman qui a obtenu le prix Médicis en 1995. Notre étude repose sur l'analyse approfondie des données recueillies après l'examen des tapuscrits inédits, du roman grec et des versions françaises dans un laps de douze ans. Ce travail tente de prouver que l'œuvre littéraire de Vassilis Alexakis n'est pas une simple traduction, mais au contraire un texte qu'il a (re)écrit entièrement après avoir révisé sa traduction. Ainsi, son œuvre reflète un processus créatif continu et fascinant. La comparaison des œuvres publiées a révélé plus de deux mille cas, classés en cinq catégories afin de permettre une analyse appropriée : morphosyntaxique, lexico-sémantique, culturel, omissions et réécriture. Une attention particulière est accordée à l'implication personnelle de l'écrivain, à la relation entre l'identité et l'altérité ainsi qu'à la dimension diachronique de la grécité à travers le processus auto-traductif.Les résultats de notre étude sont variés. Évidemment l'œuvre n'est pas complète avant que l'écrivain ne l'ait revue et traduite, puisque chaque traduction implique une nouvelle version. Nous avons constaté que l'auteur emploie le langage de façon ingénieuse et qu'il transfère le message librement, car il choisit par instinct la traduction la plus adéquate et la plus pertinente. Il se sert souvent de la stratégie de modulation afin de traduire les éléments du texte source. En outre, la communication bilingue semble être complémentaire, les différentes versions n'existant pas séparées les unes des autres. En effet, même si elles présentent des différences apparentes, leur fonction poétique et tellement proche pour les considérer à part. Nous examinons aussi comment l'emploi de stratégies d'exotisation enrichit la culture d'arrivée et le dialogue intralinguistique. La fonction globale de l'œuvre de Vassilis Alexakis revêt un rôle double ; d'une part, elle assure un réseau dynamique et harmonieux entre la langue grecque et la langue française, dont les interférences réciproques garantissent une vraie créativité et une littérature innovante, et d'autre part, elle assure la découverte et l'invention, et par voie de conséquence l'apprentissage et l'acquisition du savoir à travers le voyage vers l'autre côté…

  • Titre traduit

    Self-translations of "The mother tongue" of Vassilis Alexakis : translation thoughts on a creative identity itinerary


  • Résumé

    The art of creativity in literature is undeniable and certainly authors may express themselves in any number of ways in order to vehicle their thoughts or emotions. What about translation though? Indeed, the overall movement of creativity may be hidden or altered when translation is done by a third party. The focus of the present PhD thesis is on how self-translation supplies the creative ability of bilingual authors who translate their own novels. This work carries out an approach on translating problems revealed in Vassilis Alexakis' novel La langue maternelle (The mother tongue) which won the french literary award Prix Médicis in 1995. Our study achieves its purpose through meticulous analysis of field data, most precisely by exploring unpublished manuscripts, as well as greek and french versions published on a twelve-year framework. The present dissertation argues that Vassilis Alexakis' literary work is not a mere translation but a text (re)written from scratch after revising his own translation, thus his work is a constant creative and amazing process. Publications comparison reveals more than two thousand cases, classified into five specific categories so as to allow better analysis : morphosyntaxic, semantic, cultural, omissions and reproduction. Focus is also given to the level of personal implication, the relationship between identity and alterity and the diachronic dimension of hellenic elements via self-translation procedure.The research findings are various. Obviously, the literary work is not complete until he has revised and translated it, given that every translation implies a new version. We have noticed a felicitous use of language and author's tendency to transfer message more freely, as he knows intuitevely which rendering is more adequate and suitable. He often uses modulation strategy in order to translate source texts elements. Moreover, bilingual communication seems to be complementary and apparently his versions do not exist in isolation from one another. Indeed, even if they present apparent differences, their poetic function is too similar to be considered separate. It is also discussed if the use of alienating strategy enriches target culture and intralinguistic dialogue. The overall function of Aleaxakis' self-translation appears to play a double role ; on the one hand ensuring a dynamic and harmonius network between french and greek languages, whose reciprocal interferences warrant pure creativity and innovative literature and on the other hand, ensuring finding and inventing, and consequently learning and knowing acquisition, through the trip towards the other side...

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?