La formation du discours conventionnel français sur les Chinois : une approche littéraire, 1840-1945

par Marion Decome

Thèse de doctorat en ETUDES CULTURELLES ET FRANCOPHONIE spécialité Chinois

Sous la direction de Patrick Doan.

Soutenue le 08-12-2014

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec IRIEC - L'institut de recherche intersite études culturelles (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Raymond Fanlo.

Le jury était composé de Jean-François Durand.

Les rapporteurs étaient Gregory B. Lee.


  • Résumé

    Avec sa brillante civilisation et son paganisme, la Chine a bousculé le XVIIIe siècle, bouleversé les Lumières et inspiré les auteurs de romans. Au XIXe siècle, tandis que l'Europe se passionne pour l'Asie et que les études chinoises se développent, la France, contrariée dans ses projets coloniaux, met le racisme scientifique au service de sa politique impérialiste. A partir de 1840, le discours sur les « Jaunes » se cristallise. À la fin du XIXe siècle, il représente un danger incarné dans la notion de Péril jaune. Ce propos diabolisateur, oublié de la critique postcoloniale, fait aujourd'hui partie des représentations communes. Pour le comprendre, nous nous proposons d'extraire les spécificités chinoises du discours générique sur l'Asie et l'Orient, pour examiner qui l'énonce et dans quelles conditions en terme d'histoire sociale et culturelle.

  • Titre traduit

    The formation of the french conventional discourse on chinese people : a literary approach, 1840-1945


  • Résumé

    With its brilliant civilisation and its paganism, China disturbed the eighteenth century, troubled the Enlightenments and inspired novelists. In the nineteenth century, while Europe had a passion for Asia, Chinese studies developped, France, obstructed in its colonial projects in China, used scientific racism in the service of its imperialist policy. From 1840 on, the discourse on the "Yellow" freezed. At the end of the nineteenth century, it embodied a danger known as the ‘Yellow Peril'. This discursive demonisation, put aside by postcolonial studies, is now part of the common representations. In order to understand it, we propose to take the Chinese characteristics out of the generic speech on Asia and the East in order to examine who formulates it and under what conditions, from a social and cultural history point of view.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.